Patrimoine culturel japonais 

Trésor National Vivant – Céramique du Japon

Depuis 1955, seuls 34 artistes japonais on reçu le titre prestigieux de “trésor national vivant”. Détails, et comment éviter la contrefaçon?

Patrimoine historique du Japon

Depuis le début du XXème siècle, les autorités japonaises ont lancé un nombre important de mesures règlementaires pour préserver le patrimoine culturel du Japon, qu’il s’agisse d’objets physique, de biens culturel, historiques, ou artistiques. On compte également au sein de ce patrimoine le savoir-faire accumulé pendant toute l’histoire de la céramique du thé au Japon, faïence, vaisselle, technique de glaçure/émaillage et les différents procédés de cuisson.

Sauvegarde de biens culturels immatériels majeurs

En 1950, l’ampleur de l’action gouvernementale pour sauvegarde des biens culturels majeurs fut étendue au patrimoine immatériel. Depuis 1955, les individus participant de manière significative à la préservation d’une méthode ou savoir-faire artisanal ancestral spécifique reçoivent le titre de “gardiens d’un savoir-faire immatériel majeur” (jap. Jūyō mukei bunkazai hojisha)

Trésor national vivant

Les individus recevant ce titre honorifique sont également couramment désignés comme “trésor national vivant” (jap. Ningen kokuhô 人間国宝). De 1955 à nos jours, seuls 34 maîtres-artisans ou artistes ont eu l’honneur de recevoir ce prestigieux titre. Ces personnes sont considérées comme des références culturelles et artistiques au sein de la communauté artistique mondiale. Le savoir-faire qu’il possèdent est soigneusement protégé et documenté afin d’assurer la transmission aux générations suivantes.

Le tableau ci-dessous montre 5 des artistes céramistes les plus extraordinaires de la fin du XXème début XIXème siècle qui ont été les chefs de file de la céramique pour le thé vert au Japon pendant leur vie et on fait la joie des amateurs, experts du thé, et collectionneurs dans le monde entier. Ces maitres sont les héritiers légitimes des écoles esthétiques de Setoguro, Bizen, Celadon, et Karatsu. À cet liste préstigieuse nous avons rajouté les noms de Yamada Yozan III et Miwa Kyusétsu pour leur travaille respectifs sur les styles de Tokonamé et Hagi.

n.b. le mot Yaki signifie accessoires en japonais mais peux aussi être compris comme “style”, “école” ou “façon”.

ArtisteAnnée d’obtention du titreNé enCategorie (style) de céramiqueExemple 
Katô Kôzô
(加藤幸造)
20101935Mino-yaki (Sétoguro) 

Setoguro Matchaschale (Katô Kôzô)

Mino-yaki, Setoguro Matchaschale (Katô Kôzô)

Setoguro Matchaschale

 

Nakashima Hiroshi
(中島宏)
20071941Celadon (Seiji) 

Seladon Craquelée

Celadon Craquelé

Seladon Teetassen (Nakashima Hiroshi)

Paire de tasse de thé: Celadon (Nakashima Hiroshi)

Hara Kiyoshi
(原清)
20051936Émaillage au Fer (Tetsugusuri) 

Karatsu Teetasse

Tasse Karatsu (Hara Kiyoshi)

Isézaki Jun
(伊勢崎淳)

 

20041936Bizen-yaki 

Bizen Matchaschale

Bol à Matcha Bizen(Isezaki Jun)

Itô Sekisui V
(五代伊藤赤水)
20031941Mumyôi-yaki 

Mumyoi Teetasse

Tasse Mumyoi (Itô Sékisui)

Yamada Jôzan III
(三代山田常山)
19981924Tokonamé-Yaki 

Tokoname Teekanne

Tokoname Teekanne (Yamada Yôzan III)

Inoué Manji
(井上万二)
19951929Arita-Yaki, Pocelaine Blanche (hakuji)

Arita-Porzellan, Sake-Schale (Inoue Manji)

Arita-Porzellan, Sake-Schale (Inoue Manji)

 

Miwa Kyûsétsu XI
(三輪壽雪)

19831910Hagi-yaki

Hagi Yaki Matchaschale

Bol à Matcha Hagi-yaki (Miwa Kyûsetsu XI)

Bols à Matcha, tasses, Kyusu (théière traditionnelle en argile) et bien des accessoires encore sont produits par ces artistes reconnues. Naturellement, ces objets se vendent et se revendent à des prix parfois prohibitifs. La raison étant que ces hommes sont considéré comme des maîtres absolus dans leur domaine, et qu’ainsi au de la de la fonction utilitaire ces pièce sont tout autant des sculptures d’artistes, que certains collectionneurs et musée s’arrachent à prix d’or.

Orienter la qualité de ses achat grâce à ces pièces de référence

Le travail de ces artistes “gardien du savoir faire” au Japon est d’autant plus intéressant qu’il peut également servir de référence pour les amateurs de thé vert ou de céramique pour les guider vers des produits de bonne qualité: bols à Matcha, tasses, théières etc. La connaissance des degrés de qualité, des matériaux et des différents styles est très intéressante pour le consommateur. En effet, cela permet de distinguer plus facilement les bons produits des mauvais car le marché est saturé de céramique synthétique produites de manière industrielle, et de copies de pièces de maitres. Si vous avez tenu dans votre main un bol à Matcha original (Chawan) ou un Kyusu de Tokonamé, vous pourrez vous rendre facilement compte de la différence avec une copie provenant d’usine chinoise ou coréenne, et même parfois de Japon directement.

Notre expérience nous à immanquablement montré qu’acheter une céramique de bonne qualité présente de nombreux avantages. Au delà de l’obstacle psychologique financier difficile à surmonter, après quelques utilisations la personne développe un rapport très particuliers avec l’objet, et rapidement le plaisir exceptionnel de l’utilisation efface totalement le souvenir du prix. Par ailleurs, ces objets fait à la main accompagnent souvent l’amateur de thé pendant toute une vie et sont parfois transmis aux générations suivantes. Enfin, un élément essentiel est que du point de vue santé la céramique naturelle de haute qualité (riche en minéraux) à une influence positive sur l’harmonie du thé et donc ses bienfaits sur la santé. C’est un élément qui s’améliore encore avec le temps car la patine améliore encore ses qualités.

 




Leave a Reply