Théière Japonaise moulée

 

Théière Japonaise moulée

Théière sculptée main – qualité supérieure Les meilleures théières japonaises en terre cuite (Kyusu) sont sculptées individuellement à la main par des maîtres potiers très reconnus pour leur excellence dans ce domaine. Ces pièces, considérées par certains passionnés comme de véritables objets d’art, sont formés sur des tours de poterie par un processus long et […]

Théière sculptée main – qualité supérieure

Les meilleures théières japonaises en terre cuite (Kyusu) sont sculptées individuellement à la main par des maîtres potiers très reconnus pour leur excellence dans ce domaine. Ces pièces, considérées par certains passionnés comme de véritables objets d’art, sont formés sur des tours de poterie par un processus long et délicat qui demande une réelle expertise. Le produit fini est une théière unique d’une finesse exceptionnelle, donc très légère et délicate. Dans ce genre de théière, le filtre intégré en céramique a l’avantage d’avoir une forme bombée. Si la théière est faite à base d’argile naturelle provenant de régions connues, comme Tokonamé et Banko au Japon ou Yixing en Chine, elle detient alors une grande valeur et offre des bienfaits du point de vue du goût et de l’harmonie dans la préparation du thé. En général, ces théières de potier faites en argile de bonne qualité avec un filtre en céramique intégré ne s’achètent pas à moins de 50€ et les prix vont bien au delà. En Chine et au Japon ces théières sont considérées comme des objets artisanaux raffinés et élégants, proches de l’Art. Cela explique pourquoi des pièce faites par de jeunes potiers peuvent facilement coûter 100 à 150€ et que certains maitres plus connus ont des prix avoisinant les 200€ à 400€. Pour plus d’informations vous pouvez consulter l’article sur les Kyusus faits main.

Le moulage en argile: une technique bon marché

Les théières en argile qui proviennent de moules sont nettement plus épaisses et ordinaires. Le poids habituel d’un Kyusu de ce genre ayant un volume de 320mg se trouve généralement entre 250g et 350g, alors qu’un kyusu fait main pèse plutôt entre 150g et 250g. La production des pièces moulées est beaucoup plus rapide et bon marché. Elle vaut la peine à partir d’une quantité minimum de 40 théières de forme identique. Les théières originales avec filtre en céramique intégré les moins coûteuses proviennent des fameuses régions de Tokonamé et Banko. Elles s’achètent à partir de 30€. Les théières à filtre métallique sont de qualité inférieure car des particules de thé ont tendance à rester coincées dans le maillage – ce qui altère les qualités gustatives des infusions suivantes. Par ailleurs, le métal réagit avec le thé vert et le thé blanc. Cela peut quelque peu troubler les qualités de la boisson.

La qualité de la théière dépend de l’argile 

Ce genre de théières moulées sont nettement moins désirables que celles faites main sur un tour de poterie. Cependant, si la matière première qui les constitue est de très bonne qualité elles peuvent offrir un bon rapport qualité prix. Ce facteur dépend de l’origine de l’argile et de son degré de pureté. Les modèles industriels bon marché – provenant surtout de Chine – sont le plus souvent produits en argile synthétique. Parfois il y a un émaillage ou glaçage (intérieur) en porcelaine qui peut améliorer très légèrement le goût. Bien que ce soit un signe de qualité des meilleurs Kyusu, il n’est pas recommandé d’utiliser des modèles non émaillés car l’argile synthétique à nu dégrade considérablement le goût du thé. Par ailleurs, cet argile de synthèse contient un grand nombre de produits chimiques – à commencer par des colorants – qui ne manquent pas de laisser très sceptique quant à leurs impact sur la santé. On peut alors se demander pourquoi prendre des risques avec notre santé alors qu’il existe de très bonne théières à 30€ seulement? C’est par ailleurs un accessoire qui peut vous accompagner toute une vie.

Etapes de fabrication

À l’évidence, le moulage de théières en argil est une opération moins technique que la fabrication à la main. La forme (le moule) est fabriquée une fois et de nombreuses théières jumelles peuvent voir le jour. Des petites séries relativement bon marché sont fabriquées ainsi.

Argile pour le moulage (coulée en barbotine)

Naturellement, la qualité de la matière première a une influence colossale sur la qualité du produit fini. L’amateur avisé veille donc à acheter une théière provenant des meilleures régions uniquement (Tokonamé, Banko). Le moulage se fait avec un mélange d’argile de minéraux et d’eau qui offrent une viscosité bien définie. L’argile contenant plus de 25% de teneur en eau est appelée barbotine.

theiere-moulage-barbotine

Argile liquide naturelle – Barbotine

Coulée de l’argile dans le moule

Le maître céramiste fabrique par avance un moule en plâtre spécifique pour chaque partie du modèle destiné à être reproduit: le corps de la théière, la hanse, le bec et la couvercle. L’argile est préparée et remuée un long moment pour être absolument homogène et dénuée de bulles ou grumeaux lorsqu’elle est versée dans les moules. 

kyusu-argile-moulage

L’argile est versée dans les moules

 Ecoulement du surplus d’argile

La moule en plâtre absorbe rapidement l’humidité de l’argile. De ce fait les minéraux de l’argile viennent se déposer contre les parois du moule et lui donnent une certaine épaisseur. Plus la coulée reste longtemps dans la forme, plus les parois de l’objet moulé seront épaisses, et donc plus la théière sera robuste. Après la durée de moulage voulue, le maître céramiste vide le moule en plâtre. La forme pourra être réutilisée après le séchage pour un prochain moulage.

kyusu-moule-sechage

Le moule en est ensuite vidé

Extraction des pièces 

Les pièces encore humides sont extraites du moule en plâtre. Le corps, le bec, la hanse latérale et le couvercle sont désormais prêts à être assemblés.

kyusu-moule-platre

On retire les pièces du moule en plâtre

theiere-forme-moulees

Les éléments du kyusu

Couvercle, décoration et dessous de la théière

Le partie supérieure du couvercle (souvent une boule) est ajoutée par le maître potier. Le dessous la théière est attentivement ajusté pour être totalement plat. L’étape suivante est la décoration du kyusu. Le corps peut être agrémenté à la main de différentes motifs, caractères, dessins, etc.  

 Juste avant la cuisson, la théière est décorée à la main ou agrémentée de motifs spécifiques.  

kyusu-couvercle

Couvercle terminé à la main

kyusu-taillage-fond

Taillage du pied de la théière

decoration-theiere-japonaise

Décoration du corps du Kyusu

Bec et filtre en céramique

La dernière étape avant la cuisson finale est d’intégrer les éléments ensemble. On commence par faire une ouverture dans la parois du corps de la thière pour intégrer le filtre en céramique et le bec verseur. Et enfin on intègre la hanse latérale, élément fondamentale du Kyusu. Ce sont des opérations très délicates qui demandent des années de pratique avant d’être maîtrisées. Les Kyusu de qualité inférieure ont un filtre en métal.

ouverture-theiere

Ouverture dans la théière

kyusu-integration-filtre-ceramique

Intégration du filtre céramique

theiere-japonaise-bec-verseur

Intégration du bec verseur

Finition du Kyusu: cuisson et polissage 

La théière est finalement nettoyée, séchée, et cuite dans un four à céramique. Un nettoyage finale et un contrôle de qualité sont les dernières étapes avant la mise en vente (ou l’utilisation). Les techniques de cuisson (température, durée) sont une étape décisive de la production des kyusus. En effet cette opération a d’une part un impact sur la coloration du produit final mais d’autre part sur la minéralisation des parois de la théière, ainsi donc sur le goût de l’infusion et ses bienfaits sur la santé.




Leave a Reply