Mizudashi (Thé vert glacé)

Thé vert froid 

Mizudashi (Thé vert glacé)

Mizudashi, thé vert glacé (infusé dans de l’eau froide) offrant des bienfaits pour l’organisme la glycémie, le diabète. Thé vert froid japonais.

Contenu de cet article :

  • Qu’est-ce-que le thé vert Mizudashi, boisson la plus populaire au Japon en été ?
  • Un goût particulier : rafraîchissant, peu amer, doux, très riche en Umami
  • La composition particulière de ce thé (de toutes les sortes de thé vert, il est celui avec le plus d’acides aminés, d’EGC, de polysaccharide, et avec la teneur la plus faible en caféine)
  • Les différentes sortes de Mizudashi et leurs bienfaits pour la santé (renforcement immunitaire contre les infections chroniques et contre le virus de la grippe, le diabète, régulation de la glycémie, perte de poids, boissons isotoniques)
  • Comparaison avec la boisson chaude
  • Conseils de préparation selon l’utilisation
  • Les accessoires recommandés (spécifiques au Mizudashi)

Qu’est-ce que le thé Mizudashi ?

Mizudashi (jap.: 水出し) signifie en japonais “infusion à froid” et se réfère à un procédé singulier de préparation du thé vert. Quasiment toutes les sortes de thé vert peuvent, au demeurant, être infusés à l’eau fraîche (à l’exception du Thé Benifuuki, dont une infusion prolongée libère dans l’eau des substances phototoxiques). On utilise cependant le terme de thé vert Mizudashi (jap.: 水出し緑茶) pour décrire un traitement bien spécifique du thé vert, pour qu’il puisse tirer le meilleur parti de cette préparation froide. Il s’agit de préparer le plus favorablement la surface des feuilles de thé, pour qu’à faible température, les ingrédients parviennent à un juste équilibre dans l’infusion. Pour cela, les feuilles sont traitées plus légèrement qu’elles ne le sont pour les préparations habituelles du thé Sencha ou Bancha. On parle alors de Sencha Mizudashi (jap.: 水出し煎茶), comme de Bancha Mizudashi. Par conséquent, nous pourrions parler de “thé Mizudashi” pour respectivement chacune des différentes sortes de thé vert.

Les avantages de l’infusion à l’eau froide

On connait habituellement, du thé vert, l’infusion à température relativement basse dans une théière japonaise (Kyusu), ou encore la préparation de poudre moulue (Matcha) dans un bol (Matchawan) avec un peu d’eau chaude. La préparation à l’eau froide est, elle, moins connue des pays occidentaux.

mizudashi-the-froid

Feuilles de Mizudashi : thé vert japonais froid

Au Japon, lors des mois chauds et lourds de l’été, cette façon de préparer le thé vert est extrêmement courante. On fait alors infuser le thé vert au réfrigérateur dans une bouteille spéciale et dotée d’un filtre. Cette boisson est exceptionnellement rafraîchissante, vivifiante et stimulante, non seulement car elle se déguste fraîche, mais aussi et surtout pour la saveur particulière qui résulte de son mode de préparation. Autre aspect particulièrement important : ses effets très positifs sur la santé et le bien-être, que nous aborderons plus loin plus en détails. L’exceptionnelle simplicité de sa préparation au quotidien, la possibilité offerte de laisser infuser son thé sans se soucier du temps au réfrigérateur et d’emporter son thé avec soi en déplacement, en excursion à la mer ou en randonnée, sont d’autres avantages du thé vert glacé Mizudashi.

Thé vert le plus riche en acides aminés

Une des caractéristiques principales du thé vert est sa riche proportion en acides aminés, molécules assez rares et très bonnes pour la santé, et notamment la L-Théanine. Ces composés craignent la chaleur : ils sont considérablement altérés par les préparations à l’eau chaude. Par conséquent, ils se font moins sentir et sont moins bénéfiques, du point de vue gustatif ou pour la santé. Les acides aminés sont notamment responsables de la saveur Umami si précieuse et singulière. On trouve dans le thé glacé Mizudashi 50 % de plus d’acides aminés que dans les thés chauds. Ce thé frais possède un goût doux, moins amer, très rafraîchissant et offre un Umami d’une ampleur exceptionnelle. Les effets positifs des acides aminés sont variés. Ils ont une fonction nourrissante et apaisante pour le cerveau et le système nerveux. Les acides aminés ont des effets positifs pour le coeur et la circulation du sang et le système lymphatique (qui contribue à la circulation des nutriments ainsi que des globule blancs et qui est un élément essentiel du système immunitaire). Ils sont bénéfiques pour les poumons et aux bronches, et aident à se détendre. Au Japon, de nombreux sportifs utilisent le thé Mizudashi pour prévenir les risque d’insolation (par exemple lors des marathons) et pour se rafraîchir durant l’activité physique.

Thé vert faible en caféine 

La caféine, plutôt abondante dans le thé vert, se déploie dans toute son ampleur dans l’eau du thé quand il est préparé à haute température. Le thé Mizudashi, qui se boit habituellement après avoir infusé une heure, contient bien moins de caféine qu’un thé vert qui a été infusé seulement deux minutes à soixante degrés. Selon une étude de Yang et al. 2,  une infusion de thé préparée avec 3g de feuilles et 150 ml d’eau, et infusée pendant une heure à 4°C ne contient que 11mg de caféine. Infusée à 25°C, le niveau de caféine augmente que jusqu’environ 13mg. Mais chauffée à 70°C pendant 2 minutes, l’infusion contiendra alors pas moins de 20 mg de caféine (détails ci-dessous). En préparant un Mizudashi avec du thé Bancha, on obtient des taux de caféine encore plus faibles, l’infusion ne contient quasiment plus du tout de caféine. Nous savons que la théanine (L-théanine) joue un rôle de tampon entre l’organisme et la caféine, la caféine est alors mieux tolérée (voir à ce propos l’article Caféine dans le thé vert). Etant donné que l’infusion à froid augmente la quantité de L-théanine dans le thé, la caféine présente dans les thés Mizudashis est bien mieux supportée par l’organisme que dans les thés chauds.

La vitamine C sensible à la chaleur

Les bienfaits de la vitamine C sont très largement reconnus. Le thé vert offre des apports non négligeables en vitamine C, et principalement le thé Sencha. Les Senchas de haute qualité sont ceux qui possèdent de loin le plus de vitamine C, de toutes les sortes de thés 1. La vitamine C est aussi connue pour être sensible à la chaleur. Il est donc très étonnant que, lors de l’étuvage du thé et de son séchage, de même que durant une infusion dans de l’eau chaude de 60°C à 100°C, la vitamine C ne subisse aucun dommage. Les scientifiques supposent que cela est permis par les vertus protectrices de la catéchine, toutefois jusqu’à présent, les détails de ce mécanisme n’ont pas été élucidés. Ainsi sur ce point précis, le thé Mizudashi ne présente pas d’avantages ou de désavantages particulier par rapport à la préparation chaude du thé. On peut souligner cependant que les deux formes d’infusion permettent une bonne conservation de la vitamine C lors de l’infusion. Pour une absorption optimale de la vitamine C, il faut consommer préférablement l’intégralité de la feuille de thé (sous la forme du thé Matcha, ou d’une autre poudre de thé vert).

Température et la durée d’infusion influences les catéchines

Les différentes catéchines sont extraites plus ou moins vite, ou avec plus ou moins de force, selon la température et la durée de l’infusion du thé. Etant donné que chacune d’entre elles possèdent des effets spécifiques sur la santé, différents modes de préparation permettent d’obtenir différents bienfaits. À basse température les catéchines ne contenant pas de groupe chimique -gallate (C, EGC et EC) sont généralement extraites rapidement considérablement plus vite dans l’eau que les catéchines EGCG, ECG, GCG. Une étude de Yang et al. décrit précisément ce processus durant les quatre premières heures, pour une infusion faite à une température inférieure à 20°C (idéalement, à 4°C). Lors de ce processus, l’EGCG et l’EGC sont de loin les catéchines les plus présentes dans le thé infusé, autant pour le thé froid que pour le thé chaud.

Rapport EGC/EGCG le plus élevé

Des mesures ont montré que la célèbre et principale catéchine Epigallocatéchine-Gallat (EGCG) se renforce à haute température et avec de longs temps d’infusion. L’Epigallocatéchine (EGC), présente en petite quantité, passe elle considérablement mieux à basse température dans l’infusion. Le graphique ci-dessous montre la teneur en mg de ces deux catéchines dans un thé qui a été infusé entre 30 minutes (0,5 heure) et 16 heures, à des températures allant de 4 à 25°C. Il en résulte une teneur en EGC plus élevée dans une infusion à 4°C qu’à 25°C. A noter que plus le temps d’infusion est long et plus l’écart de quantité d’EGC dans l’infusion se creuse.

Gehalt von EGC und EGCG in mg im Kaltwassertee je nach Ziehtemperatur und Ziehzeit

Teneur en EGC et EGCG en mg dans l’eau du thé selon la température et le temps d’infusion

Source : Yang et al. 2 Thé vert du departement Wunshan de la Taiwan Tea Experiment Station. Préparation : 150ml d’eau, 3g de thé vert, taille des feuilles 1-2 mm. Les scientifique ont mesuré des proportions très différentes entre EGCG et d’EGC dans l’infusion froide par rapport à infusion chaude. Le thé préparé à la manière Mizudashi contient la plus grande proportion d’EGC de tous les thés issus de toutes les autres préparation, et encore plus particulièrement quand on fait infuser le thé à très basse température, au réfrigérateur. Dans une étude réalisée par Monobe et al. 4, une infusion préparée à 4°C pendant une heure présente une composition en catéchine d’environ 60% d’EGC et environ 15% d’EGCG. Infusé à 20°C, la répartition est de 54% pour les EGC et de 23% pour les EGCG, et lors d’une infusion de deux minutes à 60°C , les taux sont d’à peine 46% pour les EGC et d’environ 32% pour les EGCG. On mesure l’importance de ces phénomènes au vu des effets très spécifiques de ces catéchines sur le système immunitaire. Les EGCG ont un effet immunodépresseur, tandis que les EGC sont au contraire immunostimulants (voir plus loin à ce sujet).

Mizudashi Tee acides aminés

Proportion en % des Catéchines simples sur la totalité des catéchines dans l’infusion du thé vert, selon la température

Source : Monobe et al. (cf. 4, p. 2502) Le rapport entre les EGC et les EGCG s’élève dans les trois préparations expliquées plus haut à 3,9  2,3  et 1,4 (cf. graphique ci-dessous). Dans un thé préparé d’abord à une température de 20°C puis, plus bas (idéalement à 4°C), pendant une heure, le taux d’EGC est deux fois supérieur au taux d’EGCG. Comme exposé plus loin, une proportion de 3:1 d’EGC par rapport aux EGCG dans l’eau du thé offre de réelles vertus sur le système immunitaire.

Rapport d’EGC sur EGCG dans l’infusion de thé vert, selon les différentes préparations

  Source : Monobe et al. (cf. 4, p. 2502), selon nos propres calculs

Les bienfaits immunostimulant des EGC

L’étude de Monobe et al. (cf. 5) présente un point de repère très intéressant pour l’observation de l’action des EGC : ces catéchines engendrent la formation dans le corps d’une faible quantité de peroxyde d’hydrogène (H2O2). La présence de l’H2Odéclenche un renforcement de l’activité phagocytaire des cellules macrophages. Les cellules phagocytaires sont des cellules mangeuses, on les compare parfois aux éboueurs de l’organisme. Ce phénomène semble tenir à la sensibilité au peroxyde d’hydrogen d’un récepteur situé à la surface des cellules macrophages, le récepteur TRPM2. La capacité des macrophages à identifier des agents pathogènes est généralement réduite par le stress et l’âge. Cela augmente les risques d’infection. La consommation des EGC du thé Mizudashi va donc non seulement augmenter de manière nette la sensibilité des TRPM2 au peroxyde d’hydrogène, mais aussi l’activité phagocytaire. S’ensuit une activation du système immunitaire, sous la forme d’une amélioration de l’identification des antigènes et d’une augmentation de la production d’anticorps Monobe et al. (cf. 4, p. 2503) émettent ensuite des hypothèses plus approfondies concernant les mécanismes d’activation des cellules antigènes et des lymphocytes.

Une activation plus forte du système immunitaire grâce à un rapport élevé entre EGC et EGCG

Monobe et al. étudièrent en 2010 les répercussions du rapport entre EGC et EGCG sur le système immunitaire de souris. Pour ce faire, ils leurs administrèrent des doses d’EGC et d’EGCG et mesurèrent la réaction de l’immunomarqueurs IgA. L’IgA est considéré comme la première et la plus importante des lignes de défense des muqueuses pour lutter contre les agents pathogènes. Son renforcement est regardé comme essentiel pour la prévention et la défense face aux maladies virales comme la grippe. L’étude montre, que l’IgA diminue nettement avec une injection d’EGCG purs (immunosuppresseur, anti-inflammatoire, anti-cancéreux, anti-allergique), par rapport au groupe témoin recevant de l’eau distillée. L’administration d’EGC pur (immunostimulant) relève en revanche le taux d’IgA de plus de 20 %. En administrant un mélange d’EGC et d’EGCG dans une proportion de 3:1, l’effet des EGC purs est considérablement dépassé : l’IgA grimpe au delà de 160 %.

thé mizudashi

Production d’IgA en % selon les doses administrées d’EGC et d’EGCG

Source : Monobe et al. (cf. 4, p. 2501) Monobe et al. étudièrent en outre l’intensité de l’activité phagocytaire due au thé Mizudashi en comparaison avec la préparation chaude. Le graphique ci-dessous montre qu’en comparaison avec le groupe témoin, l’administration d’un thé vert préparé à l’eau bouillante (100°C) augmente certes aussi l’activité phagocyte, mais que l’effet est incroyablement plus fort avec un thé Mizudashi préparé à 4°C.

Activité phagocytaire selon la préparation du thé vert (1h à 4°C ; 2 min à 100 °C)

Source : Monobe et al. 5.

Pour un maximum de bienfait : la cure de Mizudashi

Dans les différentes études réalisées au Japon, cliniques comme en essai sur des animaux, on a pu observer que la consommation de thé Mizudashi devait être poursuivie pendant une période minimum de deux semaines pour profiter pleinement de ses bienfaits sur la formation d’anticorps et pour prévenir les infections courantes. Comme expliqué plus bas, il est recommandé de boire du thé Mizudashi Sencha durant la journée, et en soirée du thé Mizudashi Bancha (faible en caféine).

Mizudashi Tee im Glas

Un verre de thé Mizudashi

Thé Kouridashi : fort en Umami, excellent rapport EGC/EGCG

Etant donné que la température dans les compartiments de la porte du réfrigérateur oscille habituellement entre 8 et 10°C, alors que le meilleur rapport entre EGC et EGCG s’obtient à 4°C, on préférera pour les cures “booster d’immunité” une préparation à l’eau glacée “Kouridashi” (ou encore Kōridashi). Cette préparation spéciale de Mizudashi comporte encore moins de caféine, et beaucoup d’acides aminés. Ce sont ces derniers qui sont responsables du goût Umami très recherché, car critère de haute qualité. Pour obtenir une saveur optimale, le Koridashi (considéré comme la forme de Mizudashi la plus prisée) est souvent préparé à base de thé vert Gyokuro, lui même très riche en acides aminés. On peut utiliser pour le Kouridashi les mêmes verres que pour le Mizudashi. Vous trouverez plus de détails dans l’article sur la préparation du Mizudashi. Mizudashi Zubereit

Pour résumer: étant donné qu’un rapport optimale d’EGC sur EGCG ne peut être atteint qu’en préparant le thé avec une eau à 4°C, nous recommandons la méthode de préparation du Kouridashi pour renforcer vos défenses immunitaires. L’eau doit donc être refroidie avec des glaçons et infusée pendant 1h. Pour des effets optimaux, la cure doit être suivie au minimum deux semaines.

Les jeunes pousses (de la 1ère récolte) sont les plus immunostimulantes

En plus du constat que la préparation à 4°C et une heure d’infusion permet la meilleure activation du système immunitaire, il a aussi été observé que les feuilles de thé les plus jeunes déclenchent une activité phagocytaire bien plus intensive que les feuilles plus âgées, voire des tiges. L’agent responsable de cette différence semble être un polysaccharide et ses chaînes d’acide ribonucléique présentes dans le thé vert. Leurs interaction précises sont très complexes, et seuls quelques-uns de ces mécanismes ont fait l’objet de recherches jusqu’à présent. Monobe et al. 3 ont démontré que les polysaccharide du thé déclenchaient l’activité phagocytaire des macrophages en stimulant des récepteurs précis (ici, les TLR7). Le graphique suivant montre les résultats de l’étude de Monobe et al. 3 qui se penche sur l’activité phagocytaire de cultures cellulaires humaines, avec trois échantillons de polysaccharide de thé (TPS: Tea Polysacharid) extraits de thé vert :

  1. TPS de jeunes feuilles de thé (bourgeon, et de la première à la troisième feuille),
  2. TPS de feuilles de thé plus mûres (de la quatrième à la sixième feuille), et
  3. TPS extrait de la tige.

Les polysaccharides issu des feuilles les plus jeunes engendrent une activité phagocytaire considérablement accrue, de plus de 70% supérieure au groupe de contrôle. Les polysaccharides des feuilles de thé mûres relève l’activité de seulement 140 %, et l’extrait de tige n’est quant à lui suivit d’aucune intensification d’activité.

Mesure de l’augmentation de l’activité phagocytaire en fonction de la fraîcheur des feuilles ou des tiges de thé vert administrées

Source : Monobe et al. (cf. 3, p. 2). Les chercheurs ont souligné à propos de leur propre étude qu’il s’agissait “seulement” de résultats in-vitro. Il fut cependant suffisamment prouvé que des nucléotides spécifiques dans les aliments pouvaient déclencher dans le corps humain des réponses immunitaires très importantes, et augmenter l’activité phagocytaire. (cf. 3, p. 3)

Le Mizudashi Bancha : des polysaccharides pour le système immunitaire, le diabète et les problèmes de glycémie

Les polysaccharides du thé vert n’activent pas seulement le système immunitaire, mais ont aussi de larges bienfaits pour le coeur et la circulation du sang, et contribuent à la diminution d’un taux de glycémie trop élevé (cf.3). Ils possèdent un effet similaire à l’insuline et freinent la montée de la glycémie dans le sang. De surcroit, ils participent à la métabolisation du glucose et aident à perdre du poids. Des études japonaises récentes ont montré que le Bancha récolté à l’automne et en hiver contient plus de polysaccharide que toutes les autres sortes de thé vert. On appelle le plus souvent ce Bancha “Yonbancha” (quatrième récolte) ou encore “shūtōbancha” (jap.: 秋冬番茶). Les polysaccharides sont sensibles à la chaleur, c’est pour cela que leur présences la plus élevées se trouve dans les thés froids et les thés glacés. Par ailleurs, le Bancha contient bien moins de caféine que le Sencha ; il convient donc particulièrement aux dégustations en soirée ou au personnes sensibles à la caféine. C’est encore plus le cas dans le cadre d’un préparation à l’eau froide. Il possède cependant une quantité considérable de catéchines. Le Mizudashi Bancha, issue des récoltes automnales et hivernales, est donc un complément parfait au Mizudashi Sencha. Pour renforcer son système immunitaire, il est conseillé de déguster en journée (matin, midi, après-midi) le Mizudashi Sencha, plus puissant. Le soir il est préférable d’opter pour le Mizudashi Bancha. Par ailleurs ces deux sortes de thé vert doivent de préférence être constituées de jeunes pousse. On retient aussi que le Bancha récolté en automne / hiver offre des propriétés supérieures pour les défenses immunitaires. Le Sannenbancha de préférence issu des tiges, convient particulièrement bien à une consommation destinée à réguler le métabolisme des sucres, notamment dans le cadre du diabète. Ce thé est récolté à l’automne et en hiver, fermente durant trois ans et est riche en polysaccharide. Sa teneur en caféine ext extrêmement faible. Le Sannenbancha possède une saveur très agréable, délicatement fûmé et contient, en plus des polysaccharides, de nombreux ingrédients aux propriétés excellentes pour la santé. Pour en savoir plus sur ce thé, vous pouvez consulter l’article sur le Sannen-Bancha.

Bilan :thé Mizudashi et système immunitaire

Le thé vert Mizudashi le meilleur pour réactiver le système immunitaire doit être issue de Sencha de la première récolte (Ichibancha), il s’agit donc de mizudashi Sencha. En soirée, il se combine parfaitement avec le Mizudashi Bancha, fait de jeunes feuilles récoltées en automne et hiver. Cette boisson du soir est celle qui possède le plus de poysaccharides de toutes les sortes de thé vert, et a une teneur en caféine très faible. Etant donné que, pour renforcer le système immunitaire, le Sencha comme le Bancha conviennent avant tout pour leur haute teneur en EGC et leur plutôt faible en EGCG, les cultivars les plus mieux adaptés à la préparation sont le Yutakamidori et le Kanayamidori. Les cultivars possèdent beaucoup d’EGC et relativement peu d’EGCG. Ils peuvent être préparés à la manière du Kouridashi (thé glacé) et avec un contenant spécialement adapté. Infusé durant une heure à 4°C, le thé offre le rapport EGC/EGCG le plus élevé. La cure pour renforcer votre immunité doit être suivie pendant une période minimum de deux semaines.

Fukamushi Sencha

Il faut également mentionner que le Fukamushi Sencha offre d’excellentes propriétés en préparation froide ou glacée. En infusion chaude, beaucoup de lecteurs louent ce thé pour sa saveur ronde, équilibrée et profonde. Le Fukamushi Sencha est étuvé plus longtemps que ne l’est le Sencha traditionnel. Il est constitué de petites feuilles (et non des aiguilles) et permet d’extraire dans l’infusion plus de particules en suspension, et de ce fait une saveur ayant du corps et une densité agréable en bouche. Lors de sa consommation, on ingère considérablement plus de feuilles de thé, sous la forme de particules “liquides”, qu’avec un thé normalement étuvé. Bilan : le Fukamushi Sencha est recommandé pour tous les adeptes de thé vert intense, comme pour ceux qui souhaitent consommer une grande partie des feuilles de thé avec leur infusion, à la manière du thé Matcha (poudre de thé vert). Le thé Fukamushi Sencha peut tout à fait être préparé dans un Kyusu et est un des quatre thés verts les plus appropriés à la préparation du thé froid et du thé glacé. Le Sencha, le Bancha (récolte d’automne et d’hiver) et le Sannenbancha sont tous aussi adaptés à sa préparation.

Teneur en catéchine et en caféine

L’étude de Yang et al. rapporte les taux mesurés des principales catéchines et la teneur en caféine d’une préparation à froid (à 4°C et pendant une heure) en comparaison avec une infusion chaude (à 70°C pendant deux minutes) :

  • 74 % d’EGC obtenus dans une infusion froide
  • 41 % d’EGCG
  • les 6 catéchines principales atteignent environ 56%
  • la caféine atteint en tout 55%

Les graphiques suivants illustrent comment un thé froid ou un thé glacé qui infuse une heure durant, obtient : – nettement moins d’EGCG, – une totalité de catéchine moindre – mais aussi moins de caféine (et dans le même temps, plus d’acides aminés), – et une quantité relativement importante d’EGC.

EGCG et EGC en mg dans l’infusion de thé vert selon le mode de préparation choisi

Source : Yang et al. 2 Note : Thé vert du departement Wunshan de la Taiwan Tea Experiment Station (Taipei, Taiwan). Préparations avec 3g de thé, 150 ml d’eau et des feuilles de thé de 1-2mm. Pour la préparation chaude, quatre infusions ont été faites avec de l’eau douce et le même thé. En laissant le thé glacé infuser plus longtemps (durant 16 heures), on atteint les mêmes teneurs en composants que lors du procédé habituel pour une boisson chaude infusée deux minutes à 70°C. On ne dépasse ces niveaux de valeur qu’avec une infusion dans de l’eau à 100°C. 

Teneur en catéchine et en caféine en mg dans l’infusion de thé vert, selon le mode de préparation choisi

  Source : Yang et al. (cf. 2). Même préparation que pour le graphique précédent. *EGC, EGCG, ECG, C, EC, GCG Remarque : Pour la plupart des utilisations médicinales et en particulier en cure de prévention, il n’est absolument pas recommandé  d’augmenter la quantité des différents ingrédients. Une quantité précise de catéchines, d’acides aminés et d’autres composants médicinaux suffit pleinement pour bénéficier d’effets positifs sur votre santé. Dépasser ces doses ou consommer du thé vert en lieu et place de médicaments adaptés à des maladies précises est strictement déconseillé. Cela peut dans certains cas aider à l’apparition d’effets secondaires non souhaités, exemple : crise de foie causée par les catéchines. L’efficacité des effets préventifs du thé vert ne dépendent pas tant des quantités ingérés de tels ou tel ou tel ingrédients mais plutôt de la régularité de la consommation et de la diversification des types de thé vert dégustés, de leur préparation et des types de semences. Cette régularité de consommation et cette diversification des thés bus permet de profiter le plus possible des apports variés et  les plus avantageux possibles des différents composants du thé vert.

Conservation du thé Mizudashi

S’il est rangé dans le réfrigérateur, le thé Mizudashi peut être conservé relativement longtemps. Sa robe lumineuse vert pomme se conserve également très bien. Dans l’ensemble, après son infusion, le thé peut être conservé toute une journée au réfrigérateur. Les thés verts chauds doivent à l’inverse être bus rapidement (après quelques minutes seulement) et ne peuvent pas être conservés plus longtemps.

A contrario : les avantages du thé vert chaud sur le Mizudashi.

Il va sans dire que le thé vert, préparé comme une boisson chaude, possède aussi beaucoup d’avantages dont on ne peut profiter avec la seule dégustation du thé vert glacé :

  • Avec le thé vert classique et chaud, on extrait habituellement à des substances chimiques amères et à une boisson riche en catéchines, et particulièrement riche en EGCG, une des catéchines principales. Le thé vert chaud contient plus d’EGCG que le thé froid. Cependant, de deux ou trois heures d’infusion, le thé vert froid atteint les mêmes niveaux de catéchines qu’une boisson préparée à 70°C pendant deux minutes.
  • L’EGCG est connue pour ses bienfaits importants sur la santé, mais malgré ces bienfaits cette catéchine est “lourde sur le métabolisme”. L’EGCG est donc peu bio-disponible. Consommé via une une boisson chaude, elle est absorbée plus efficacement dans le sang.
  • Durant les saisons froides, le thé chaud vous réchauffe. Les susbtances chimiques amères se libèrent grâce à la chaleur et s’attaquent directement aux agents pathogènes responsables des rhumes, coups de froid, et grippes.
  • C’est grâce à ce composant que se révèle le goût noble, puissant et légèrement amer, et si apprécié du thé vert.
  • En consommant de la poudre de thé vert (Le plus souvent du Matcha) ou du thé vert en smoothies (comme le Bancha), on ne perd pas, ou moins d’éléments solubles dans l’eau, comme le béta-carotène (précurseur de la vitamine A), la vitamine E, les minéraux ou encore les fibres alimentaires.

Thé Mizudashi : le bilan

En résumé, du point de vue gustatif et médicinal, le thé vert chaud est généralement considéré comme la préparation la plus intéressante. Cependant, lors des saisons chaudes et aussi pour certains effets médicinaux comme l’activation du système immunitaire, le thé vert froid se révèle être un complément idéal : il peut être préparé à l’avance et convient parfaitement pour une cure (de plusieurs semaines) contre les infections chroniques et récurrentes, et la prévention globale contre votre sensibilité aux virus. Le Sencha Mizudashi et le Bancha Mizudashi, conçus très spécialement pour être infusés et consommés froid, conviennent particulièrement à une utilisation destinée à booster les défenses immunitaires. Le Sannenbancha et le Mizudashi Sencha sont particulièrement intéressants pour les troubles de la glycémie, du diabètes et la perte de poids. Le Fukamushi Sencha est un très bon complément pour les amateurs d’un thé vert très prononcé en goût, en raison de ses feuilles de petites tailles et de son étuvage plus long.

Comment préparer le Mizudashi ?

Pour parvenir à toujours plus de qualités gustatives, de puissance en arôme mais aussi exploiter le plus possible les vertus médicinales de cette boisson, il faut faire attention à plusieurs éléments importants dans la préparation d’un bon thé Mizudashi. Prenez principalement garde à :

  • Le type, la forme et la taille du contenant / du récipient où vous allez préparer votre thé
  • Le type de Mizudashi (la variété de thé vert utilisée)
  • Le type de semence / cultivar
  • Le dosage, le grammage, la température de l’eau et le temps d’infusion
  • L’utilisation ou non de glaçons
  • Conditionnement du thé (paquet hermétique, refermables, ouvert depuis lontemps ?)
  • Fraîcheur de l’infusion (durée maximale de conservation après infusion).

Vous trouverez des recommandations plus précises pour préparer votre thé Mizudashi dans notre article “la préparation du thé vert Mizudashi”.

Sources :

  1. Ministry of Education, Culture, Sports, Science and Technology of Japan (MEXT): „5th Revised Standard Tables of Food Composition in Japan, 2010“.
  2. Yang, Deng-Jye; Hwang, Lucy Sun; Lin, Jau-Tien:  „Effects of different steeping methods and storage on caffeine, catechins and gallic acid in bag tea infusions“, Journal of Chromatography, A, 1156 (2007), S. 312–320.
  3. Monobe, Manami; Ema, Kaori; Tokuda, Yoshiki; Maedi-Yamamoto, Mari: „Enhancement of the Phagocytic Activity of Macrophage-Like Cells with a Crude Polysaccharide Derived from Green Tea (Camellia sinensis) Extract“, Biosci. Biotechnol. Biochem., 74 (6), 2010, 100087, S. 1-3.
  4. Monobe, Manami; Ema, Kaori; Tokuda, Yoshiki; Maedi-Yamamoto, Mari: „Effect on the Epigallocatechin Gallate / Epigallocatechin Ratio in a Green Tea (Camellia sinensis L.) Extract of Different Extraction Temperatures and Its on IgA Production in Mice“, Biosci. Biotechnol. Biochem., 74 (12), 2010, S. 2501-2503.
  5. Monobe, Manami; Ema, Kaori; Tokuda, Yoshiki; Maedi-Yamamoto, Mari: „Green Tea Catechin induced phagocytosis can be blocked by catalase and an inhibitor of transient receptor potential melastatin 2 (TRPM2).“, Cytotechnology, 2014, 66, S. 561-56.



Leave a Reply