Meilleure région 

Thé vert de Miyazaki

Miyazaki : 4ème plus grande préfecture de thé vert au Japon. Meilleurs terroirs et variété :Miyakonojo (Sencha), Saito (Fukamushi), Takachiho (Kamairicha).

Thé vert de Miyazaki : Profil

Géographie : Préfecture méridionale située avec Kagoshima sur la grande île Kyushu, env. 900km de Tokyo. Importance : 4ème producteur de thé vert, fait partie des meilleures régions de thé vert au Japon. Produit beaucoup en masse de manière industrielle, mais possède également des terroir exceptionnelles. Des développements très positifs dans les dernières années dans le domaine de culture biologique de thé vert. Meilleurs Terrois: Miyakonojo (Sencha), Saito (Fukamushi), Takachiho (Kamairicha). Particulièrement reconnue pour : Sencha, Fukamushi Sencha, Tamaryokucha, Kamairicha. Cultivars spécifiques : fortement concentré sur le Yabukita qui y pousse merveilleusement principalement dans le bassin de Minakojo-cho. Un climat clément permet de pratiquer de cultiver les semence précoces, et tardives SaemidoriOkumidori, Kanayamidori. Miyazaki est aussi très connue pour sa culture de la semence endémique Yamacha. Qualités gustatives typiques: Tendance à avoir du corps, une note de douceur, et une légère astringence. Robe : Vert plus intense que le thé des préfectures septentrionales. Climat et sols : Subtropical généralement doux, avec une forte exposition solaire. Forte différence régionale entre bassin, zone montagneuse plus froide, et côtes chaudes. Particularité : Chaine féerique de montagnes et volcans ( dont le Mt. Kirishima) aux soles très fertiles, influence positive du courant de Kuroshio (黒潮) sur la côte Ouest, géographie spécifique du bassin de Miyakonojo avec un climat similaire à Uji. Les produits phares à choisir en priorité : Sencha de Miyakonojo Fukamushi Sencha de Saito Tamaryokucha de Takanabe

Sud du Japon – Préfecture de Miyazaki

Miyazaki (jap. 宮崎), lieu principal pour les lunes de miel au Japon, est après Kagoshima, la préfecture la plus méridionale du Japon et est également située sur l’île principale de Kyūshū. Sa superficie est de 7,736km2 étalée sur 200km de long et 75km d’Ouest en Est. Cette région à dominante agricole abrite 1,1M d’habitants. En général, cette préfecture est très ensoleillée, et a un climat doux et un des niveaux de précipitations les plus élevés du Japon. Le climat de la côte est fortement influencé par le courant de Kuroshio. À l’ouest, Miyazaki à une côte de près de 400km sur l’océan pacifique. La côte pacifique de Nichinan partant de la ville Miyazaki et se poursuit vers le Sud sur plus de 100km avec ses palmiers et ses dattiers rappelle dans certains endroit l’Italie. Sa beauté a fait la renommée de Miyazaki. Au Sud-Ouest et à l’Ouest on trouve deux autres préfectures reconnues pour leurs productions de thé vert, Kagoshima et Kumamoto. Au Nord se trouve la préfecture d’Oita. Près de 75% de la surface de Miyazaki est constitué de montagnes couvertes de forets sublimes, ce qui rend la production agricole trés difficile. Aux pieds des monts on trouve typiquement les domaines les meilleurs pour la production de Sencha. Par ailleurs, Miyazaki possède la station de ski la plus méridionale au Japon (Gokase Highland Ski Resort). Miyazaki, comme sa voisine Kagoshima, est marquée par ses paysages volcaniques et donc des sols volcaniques d’une fertilité, d’une minéralité excellente. On y trouve 6 grands volcans et le féerique parc national Kirishima-Yaku qui est précisément situé autour d’une chaine volcanique de pas moins de 20 volcans dont le Mt. Kirishima, encore actif. Les zones agricoles dont les conditions sont les meilleurs sont les suivantes:

  • Plaine de Miyazaki (宮崎平野),
  • Bassin de Miyakonojo (都城盆地),
  • Bassin de Kobayashi (小林盆地).

Les sols fertiles de Miyazaki

Marquée par l’activité volcanique de la région, Miyazaki possède des sols très fertiles, volcaniques, et minéraux. De ce fait, près de 43% du territoire est parfaitement adapté pour l’agriculture du fait de ses sols Andosols (sols noir), 17% du territoire est considéré comme Andosol humide (principalement dans les bas pays). Et 28% environ sont des sols gris de bas pays (ang. Gray Lowland Soil).

Agriculture à Miyazaki

La préfecture de Miyazaki est fortement tournée vers l’activité agricole. En effet, celle-ci profite d’une exposition solaire énorme, du niveaux de précipitations le plus important au Japon, d’un climat somme tout doux et chaud, et surtout de sols très fertiles. Depuis des siècles cette région a été connue dans tout le pays du Soleil-Levant pour sa production agricole exceptionnelle. On y récolte le riz, bien sur, mais aussi des légumes en tout genre, du tabac, de la patate douce, et des fleurs. Par ailleurs, cette région accueille des fermes animalières intensives. Miyazaki arrive en 6ème place sur 47 en terme de production agricole au Japon (2007). En plus du thé vert, Miyazaki est reconnue pour sa production des produits suivants : N°1 au Japon pour dans la production de bois de Cèdre, poivre vert (très doux), Daïkon (radis, en hiver), concombre, Kansho (patate douce), tomates, Tsukemono (légumes en conserve). N°2 au Japon pour dans la production de champignon Shiitake, Hyuga-Natsu (oranges endémiques du Japon), Kinkan (Kumquats), Mangues spéciales (Apple Mangoe), viande et de nombreux poissons de haute qualité, Shochu (eau-de-vie à base de pomme de terre, de froment, ou de riz), sucreries traditionnelles et de nombreuses variétés de fleurs. Et surtout N°1 dans la production de pois de senteur (Sweet Peas).

Miyazaki 4ème producteur de thé vert au Japon

Après les préfectures de Shizuoka, Kagoshima et Mie, Miyazaki est le quatrième plus gros producteur de thé vert au Japon. Du fait de son climat particulièrement clément, cette préfecture offre la possibilité, à l’instar de Kagoshima, de cultiver des variétés de thé vert rares offrant des récoltes particulièrement précoces ou tardives. En 2014, près de 3870 tonnes de thé vert non transformés (Aracha) ont étés produits à Miyazaki, soient 4,6% de la production nationale (source : Ministry of Agriculture, Forestry and Fisheries of Japan, février 2015). En 2012, le thé produit dans cette préfecture représentait près de 4 Mds de Yen, ou env. 37 Millions d’euros (source : Miyazaki Tea Industry Association). La surface destinée à cette production de thé vert représentait 1260ha, soient 3,2% de la surface totale du Japon.

Régions de thé vert à Miyazaki

On cultive le thé vert dans l’ensemble de la préfecture, même si la partie Ouest de la région domine aux environs de Miyakonojo, avec 249ha dédiés au thé vert et  330 tonnes de productions (donnée datant de 2006). Les autre région importantes sont la partie centrale de la côte Est de Kawaminami avec 138ha et 437 tonnes de production, de même que Kushima, la partie Sud de la côte avec 111 hectares destinés au thé et une production de 343 tonnes (voir tableau ci-dessous). Ces régions mentionnées représentent 32% de la surface théicole et 36% de la production.

RégionJap.Surface de prod (2006)Volume de prod en tonne (2006)Nbr de producteurs dans la région
Miyakonojo都城24933030
Kawaminami cho川南13843719
Kushima串間11134314
Shintomicho新富11120110
Takanabe高鍋10322012
Gokase五ヶ瀬10212326
Kobayashi Stadt小林8719413
Miyazaki City宮崎8226018
Saito西都8122118
Nobeoka延岡718414
Takaharu高原60947
Takachiho-cho高千穂537139
Kunitomi town国富5213711
Misato-cho美郷402610
Mimata三股34774
Tsuno-cho都農28737
Nojiri-cho 28312
Ebinoえびの27433
Nichinan日南21196
Kijo-cho木城19511
Hinokage日之影17164
Morotsuka諸塚16165
Hyuga日向11144
Kiyotake cho 6212
Kadogawa門川522
Total  1.552   3.104   281  

Source : Miyazaki Prefecture Tea Industry Association, Miyazaki Tea Promotion Conference

La carte ci-dessous montre les surfaces de production de thé par classe et localisations des sous-régions de la préfecture de Miyazaki. En vert foncé on trouve Miyakonojo, l’unique région de plus de 200 hectares.
Teeanbauregionen in Miyazaki markiert nach Anbaufläche (ha)

Région productrices de thé à Miyazaki par surface de production en hectares (ha).

Source : Miyazaki Tea Promotion Conference, de la Miyazaki Prefecture Tea Industry Association

Meilleures terroirs de Miyazaki

Du point de vue qualitatif on retient principalement les territoires suivants :

  1. Miyakonojo : fameux pour ses excellents Sencha, son microclimat du à une situation spécifique du bassin de Miykonojo à l’Ouest de Miyazaki.
  2. Saito : connu pour le Fukamushi Sencha.
  3. Takachiho-cho : reconnu pour ses thés Kamairichas poelés au feu (principalement destinés à devenir des Tamaryokucha) produits à base de le cultivar endémique Yamacha. Située au Nord de la préfecture. 

1. Miyakonojo – N°1 pour le Sencha

Les alentours de la ville de Miyakonojo possède des grandes surfaces de production de thé vert et constituent la 3ème plus grande région en terme de production en volume dans la pro. De nombreux experts du thé s’accordent à dire que les particularités topologiques de Miyakonojo, bassin au pied du Mt. Kirishima, font de cette région un des meilleurs terroirs de Miyazaki, et une régions au Japon. On cultive et transforme dans ces régions des excellents Senchas.

Miyakonojo – climat et géographie identique à Uji

Miyakonojo se trouve au centre d’un bassin géographique au Sud-Ouest de Miyazaki, portant le nom de Miyakonojo-bonchi (Bonchi signifie bassin ou vallée)  et situé à 150m au dessus du niveau de la mer. Ce territoire s’étend de la ville de Miyakonojo, jusqu’à Mimata-cho, Takaharu-cho jusqu’à la ville de  Soo dans la préfecture voisine de Kagoshima, et sur une forme ovale d’environ 40km dans la direction Nord-Sud et 15 km d’Ouest en Est. Ce territoire compte de nombreuses montagnes, Mt. Morogatakyuryo (jap.: 諸県丘陵) au Nort-Est, Mt. Wanitsuka (jap.: 鰐塚山地) au Sud-Est, Mt. Takakuma (jap.: 高隈山地) à l’Ouest les montagnes Kirishima (jap.: 霧島山) à l’Est. Ce territoire protégé au climat unique et au sol exceptionnellement fertile offre des conditions rêvées pour la culture du thé vert. Ces conditions exceptionnelles existent dans d’autres régions très reconnues, comme Uji ou Kumamoto. Cela explique la qualité des thés venant de ces régions adulées.

2. Saito

Fukamushi.

3. Takachiho-cho : leader dans Kamairicha

La sous-région de Takachiho (jap.: 高千穂町) est connue dans tout le japon pour la production du Kamairicha car elle produit les meilleurs de tout l’archipel. Cette variété de thé vert poêlé ou cuit au four et non étuvé. Cela crée des excellents arômes fumés, mais dénature malheureusement de nombreux ingrédients essentiels. Même s’il est délicieux au goût, du point de vue santé ce thé est moins intéressant. Le Kamairicha a une longue tradition dans la région Myazaki (voir paragraphe suivant) qui offre des conditions excellentes pour la variété botanique endémique du Japon, le Yamacha, spécialement appropriée pour ce type de thé vert. Le Kamairicha est le plus souvent transformé en Tamaryokucha. Cette méthode consiste à ne pas rouler les feuilles (comme le veut la méthode Sencha) mais à pressez en les aiguilles en forme ce petit “C” arrondies. C’est de la que vient le terme japonais 玉緑茶 signifiant en français “thé vert en boule”. La saveur de ce thé est fraiche et peu amère. Ce thé se marie bien avec la cuisine occidentale.

Thé vert de Miyazaki – Histoire et Développement

À l’origine le thé vert était récolté dans les arbres à thé de la variété endémique Yamacha poussant dans les montagnes du Nord-Ouest de Miyazaki. Les feuilles des ces arbres étaient récoltées à la main selon une tradition ancestrale. Par la suite, les feuilles de thé étaient poêlées dans de grandes cuves métalliques selon la méthode Kamairi afin de stopper l’oxydation. La préfecture est encore connue aujourd’hui pour son excellent Kamairicha. Il existe des écrits du XVII siècle qui rapportent que ce thé fut collecté par la noblesse comme tribut. Au XVIII siècle fut découvert à Uji une nouvelle méthode pour fabriquer le Sencha. Cette méthode consiste à étuver le thé puis à le rouler. La vapeur préserve les nombreux ingrédients précieux de la plante et le roulage permet de les extraire de manière plus efficace.  

Au début de la période Meiji (明治時代, 1868-1912), le Kamairicha, mais aussi le Sencha s’est propagé dans toutes les autres régions de Miyazaki. C’est à cette période que la production du thé vert s’est fortement développé. Au milieu des années 80, la surface agricole dédiée au thé vert était de 1500 hectares pour un volume annuel de 1000 tonnes.

Pendant la 1ère guerre mondiale, les conditions et la récession entrainèrent à une propagation importante par d’autres pays asiatique de Kamairicha de qualité faible sur le marché international. En réponse à cette situation la demande internationale en thé vert de Miyazaki chuta à 400-800 tonnes environ. Pendant la 2ème guerre entre le japon et la chine (1937) la production du thé Tancha (jap.: 磚茶) augmenta fortement, pour atteindre 423 tonnes en 1939. Le Tancha est une forme de thé vert commun pressé en plaques ou en briques. Cette forme de thé était très appréciée à l’export particulièrement en Chine, Sibérie, Mongolie, et au Tibet. Le Yamacha, cultivar endémique poussant en grande quantité à Miyazaki est particulièrement propice à la production de ce thé. Pendant la Seconde Guerre Mondiale l’économie au thé de Miyazaki recula du fait de l’absence de travailleurs, matériaux, et des dommages subis par les fermes laissées à l’abandon. Après la guerre, des tentatives d’exportation vers l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient échouèrent rapidement. En 1959, la décision du gouvernement de développer la production de thé noir à Miyazaki fût également un échec du à la concurrence internationale. Dans les année 60, certains agriculteurs ont commencé à substituer leur production de thé patate douce au profit du thé vert. La surface et le volume de production augmentèrent, portés notamment par la mécanisation des processus dans les explorations taille supérieure. Cette tendance continua pendant toute la fin du siècle et au delà car en 1999 le nombre de petites plantation avait nettement chuté. La production bon marché entra notamment dans l’industrie de la boisson au thé vert en canette ou en bouteille PET qui a connu une forte croissance au croisement du XXème et XXIème siècle. De plus dans certains territoires de la région de Miyazaki les variétés de thés produits ont dépassé le cercle traditionnel du Sencha, Kamairicha et Tamaryokucha. On y trouve aujourd’hui du Tencha (pour le Matcha) et du thé noir. Dans les années plus récentes Miyazaki a fait des efforts pour sortir de l’image d’une région productrice de thé en masse de faible à moyenne qualité. Cette région offre en effet des terroirs et des producteurs excellents cultivant notamment du Sencha, Tamaryokucha et Kamairicha de qualité exceptionnelle. Certains de ces thés font partis des meilleurs thés verts nippons. On retient par ailleurs que la production en volume a également fortement augmenté. Dans l’ensemble tout comme Kagoshima sa grande voisine, Miyazaki peut se réjouir de son succès dans le domaine du thé depuis l’après guerre.

Produktionsmenge und Anbaufläche Grüner Tee (Rohtee=Aracha) in Miyazaki

Productivité : comparaison de la production de thé brute Aracha en volume (bleu) par rapport à la surface cultivée. (vert)

Source : Miyazaki Tea Promotion Conference  de la Miyazaki Prefecture Tea Industry Association.

Tableau climatique de Miyazaki

Miyazaki bénéficie d’un climat subtropical doux avec 2116 heures d’exposition solaire, faisant d’elle une région encore plus ensoleillée que sa voisine Kagoshima qui se trouve au Sud. Il élément remarquable est le fait que le soleil brille également longtemps pendant la période hivernale, 183heurs en janvier. Les températures sont de ce fait clémentes et il est rare que cette préfecture soit enneigée. L’humidité relative dans l’air est très élevée au long de l’année avec une moyenne de 73%. En dépis de l’ensoleillement important de la préfecture, les niveaux de précipitation sont également très importants, et ce principalement de juin à septembre. Il faut cependant souligner que les sous régions de Miyazaki possèdent des variations de conditions climatiques assez importantes. Par exemple, les régions montagneuses aux alentours d’Ebino (environ 1150m d’altitude) à des hivers très froids. Cette région et le Mt. Wanitsuka on les plus fortes précipitations annuelles de tout l’archipel. Les différentes vallées notamment Miyakonojo-bonchi (voir ci-dessus) profitent d’un climat méridionale nettement plus doux et préservé. Sur les côtes, il règne un climat chaud avec des hivers doux et des typhons en été. Source : Agence météorologique du Japon

Les cultivars important de Miyazaki

Tout comme Kagoshima, Miyazaki profite du climat subtropical doux de l’île de Kyushu. En comparaison avec d’autres régions fameuses comme Uji ou Shizuoka, le thé de Miyazaki pousse précocement, mais il peut aussi être récolté tardivement dans la saison. Selon la Miyazaki Tea Industry Organization, certaines semences de thé se prêtent particulièrement bien à ces conditions climatiques clémentes et offrent des résultats spécifiques:

  1. Récolte précoce (jap.: 早生種) Saemidori, Yumekaori
  2. Récolte relativement précoce (jap.: やや早生種) Sakimidori
  3. Récolte normal (jap.: 中性種) Harumoegi, Yabukita, Nagomiyutaka
  4. Récolte relativement tardive (jap.: やや晩生種) Minekaori, Minamisayaka
  5. Récolte tardive (jap.: 晩生種) Fusyun, Miyamakaori, Okumidori, Harunonagori

La moyenne de production des 7 grandes préfectures productrices de thé vert (Shizuoka, Kagoshima, Mie, Miyazaki, Kyoto (dont Uji), Fukuoka et Kumamoto) produisent en moyenne 69% de thé issus de la semence Yabukita. Miyazaki pour sa part n’en produit 44%. En volume c’est le le deuxième producteur après Kagoshima du précieux cultivar Saemidori et en proportionnel le premier au Japon. De plus Miyazaki produit beaucoup d’Okumidori et de Kanayamidori (voir tableau ci-dessous). Ces semences particulière sont plus rares et très recherchées par les connaisseurs de thé vert.

Produktion d’Aracha par Cultivar (2012)Miyazaki en t Miyazaki en % Tot des 7 préfectures* en tTot des 7 préfectures* en %
Yabukita 1.78644% 54.31269,4%
Yutakamidori –  7.2809,3%
Saemidori 44711% 2.9543,8%
Okumidori 2035% 1.9122,4%
Asatsuyu –  1.3001,7%
Sayamakaori –  6980,9%
Zairaishu (cultivar natif) –  6870,9%
Kanayamidori 1624% 4270,5%
Samidori –  2220,3%
Takamidori –  750,1%
Yamakai –  490,1%
Sonstige 1.46236% 8.37610,7%
Total 4.060  100% 78.290  100,0%

*Shizuoka, Kagoshima, Mie, Miyazaki, Kyoto (dont. Uji), Fukuoka, Kumamoto Source: “ Policy of the development, protection and spread of the new breeds and new technology” publié en décembre 2013 par le ministère de l’agriculture du Japon (MAFF : Ministry of Agriculture, Forestry and Fisheries). Au cours des dernières années la production de Yabukita à reculé en absolu tout comme en relatif au profit des cultivars plus rares. En 1998, le Yabukita représentait encore environ 800 tonnes des 1250 tonnes produites à Miyazaki, soient 64% de la production cette année là. De même, le cultivar natif à également reculé entre 1998, ou il représentait 80 tonnes, soient  presque 6% de la production, et 2008 ou il représente presque 2%.

À retenir: Les connaisseurs en thé vert sont très friands des variétés plus rares de Miyazaki comme Saemidori, Okumidori et Kanayamidori. Il est fortement recommandé de les déguster pour ressentir leurs subtilités de saveur et d’expression de leurs ingrédients spécifiques. De même le fameux Sencha du bassin de Miyakonojo à base de Yabukita est un thé exceptionnel.

Volume de production des différentes récoltes

Les différentes cueillettes de thé vert sont récoltées tout au long de l’année selon un calendrier spécifique. Dans les zones climatiques très clémentes, il est possible de commencer la récolte plus tôt au printemps, et plus en volume qu’ailleurs avant les récoltes d’automne/hiver. La première cuiellette (Ichibancha) est considérée de loin comme la meilleure, tant du point de vue gustatif que pour ses propriétés médicinales. Les récoltes suivantes sont plus amères (bon marché) mais peuvent avoir toutefois un grand intérêt pour la santé dans des cas spécifiques, notamment du fait de leurs niveaux élevées en substance chimiques amères. Ses récoltes sont malheureusement souvent mélangées au thé de la première récolte (le résultat est souvent loin d’être excellent). Miyazaki produit environ 37% de sont thé non transformé de la première récolte. Ce chiffre est légèrement inférieur à la moyenne nipponne de 41%. La deuxième et surtout la troisième cueillette (Sanbancha) sont plus importantes en volume. La quatrième et cinquième récolte sont en revanche bien moindre. Dans l’ensemble, on peut retenir qu’à ce jour, même Miyazaki possède des terroirs et thé d’excellente qualité une grande partie des plantations sont toujours tournée vers la production industrielle.

  Japon : Production 2014 en t%age du tot.Miyazaki 2014 en t%age du tot.
Ichibancha 34.10040,8% 1.44037,2%
Nibancha 24.10028,8% 1.26032,6%
Sanbancha 6.0807,3% 69818,0%
Yobancha 1.3801,6% 100,3%
Fuyu Haru Aki Bancha (“winter”, “spring”, & “autumn Bancha”) 18.00021,5% 46011,9%
Aracha (non transformé) 83.660  100,0% 3.868  100,0%

Source : Statistiques du MAFF (Ministry of Agriculture, Forestry and Fisheries), Japon, 24 février 2015

Production selon les types de thé

La variété qui est de loin la plus cultivée au Japon est le Sencha. Selon les statistiques du ministère de l’agriculture nippon (MAFF) en 2010, cette variété représentait 78% (70.110t des 90000 tonnes) de la production totale. Il existe également un rapport statistique détaillé de l’année 2013 provenant de la National Tea Production Federation au Japon rapportant que sur la production totale de 86.467t de thé vert pas moins de 52.469t (ou environ 61%) etaient du Sencha. Quelles que soient les chiffrent actuels exacts, il n’en reste pas moins que le Sencha est de loin le thé le plus populaire et le plus produit au Japon. Avec ses 3780 tonnes produites en 2014, Miyazaki représente approximativement 4,5% de la la production nationale (Aracha=thé vert non transformé) et la positionne en 4ème place derrières les préfectures de Shizuoka, Kagoshima et Mie (Source : Maff). La variété ultra dominante de cette préfecture, comme presque dans aucune autre, est le Sencha avec près de 82% de la production qui lui était dédiée en 2014 (selon les chiffres avancée par la National Tea Production Federation, le Sencha représentait encore plus, soient 91%). Même dans la région de Shizuoka qui est marquée par sa forte orientation vers le Sencha ce chiffre atteint 70% “seulement”. En valeur absolue, Miyazaki est le 4ème producteur de Sencha au Japon. De même variété très représentée à Miyazaki est le Tamaryokucha qui la place en 3 ème place du pays du levant. En revanche une variété qui est en principe fortement représentée dans les autre préfectures est le Bancha, qui ne représente que 7,5% de la production, mettant Miyazaki en 6ème place pour la production de ce thé vert (ces statistiques incluent le Hojicha, Bancha poêlé). Semblablement les thés d’ombre (Tencha, Gyokuro et Kabusecha) sont produits en petite quantité dans cette préfecture. La préfecture voisine de Kagoshima est beaucoup plus avancée de ce point de vue.

Variétés de thé vertMiyazaki 2014 en t%age du tot.Classement au Japon*
Sencha3.16081,7%4.
Bancha (Hojicha inclus)2927,5%6.
Tamaryokucha2907,5%3.
Tencha, Gyokuro, Kabusecha1213,1%9.
Autre60,2%12.
Total3.869100,0%4.
* Tonne de thé brute produites : Place de la préfecture de Miyazaki en comparaison avec les autre préfecture japonaises. Source : MAFF (Ministery of Agriculture, Forestry and Fisheries), 24 fév. 2015 Si au contraire on regarde les statistiques détaillées, mais de ce fait pas vraiment intelligibles de  de la National Tea Production Federation japonaise on peut apprécier mieux encore les chiffres pertinents pour chaque type de thé vert (voir tableau ci-dessous). On peut voir notamment que le thé vert poêlé Kamairicha à un rôle très important dans la région, car il représente pas moins de 46% de la production nationale japonaise. Ce thé riche en arômes grillés à une saveur rappelant le thé vert de chine de haute qualité. C’est une boisson fortement recommandé pour les gourmets, mais du point de vue santé ce thé est beaucoup moins intéressant cas la torréfaction en cuve métallique (et non à la vapeur d’eau) endommage fortement certains des ingrédients bénéfiques du thé vert.

 Japon 2013 en ten %Miyazaki 2013 en tin %
Gyokuro 2280,3% – 
Kabusecha 2.5302,9% – 
Tencha 2.2432,6% – 
Sencha 52.46960,7% 2.56391,3%
Kamaryokucha 1710,2% 792,8%
Tamaryokucha 2.7883,2% 321,1%
Bancha 20.83624,1% 1344,8%
Autres thé verts        1.4841,7% – 
Thé noirs – 
Autres thés – 
Total 86.467  100,0% 2.808  100,0%

Source : National Tea Production Federation Japan