Minéraux et oligoéléments dans le thé vert

Oligoéléments, Minéraux essentiels 

Minéraux et oligoéléments dans le thé vert

Le thé est très riche en minéraux et oligoéléments rares et essentiels pour la santé. Comparaison avec les compléments alimentaires, et conseils pratiques.

Source de minéraux et d’oligoéléments

La plante Camellia Sinensis est connue pour sa grande richesse d’ingrédients essentiels et rares pour certains. Elle est notamment très riches en minéraux et oligoéléments. Elle est considérée comme une des meilleurs sources de ce genre de nutriments participant à notre santé. Une point fort du thé en particulier est d’apporter certains oligoéléments essentiels qui sont rare dans la nature. Il y a peu d’autres plantes qui offrent une telle richesse et une telle diversité de minéraux et nutriments sous forme aussi biodisponibles. Mais avant d’en venir à la conclusion hâtive que cette plante est une bon fournisseur pour le corps humain les questions suivantes doivent êtres adressées:

  1. Dans quel type de thé (et respectivement quelle partie de la plante) trouve-t-on une grande quantité et un variété de minéraux et oligoéléments ?
  2. Quels nutriments sont les plus importante ?
  3. Quelle préparation est optimale pour les extraction dans la boisson ?
  4. Est-ce que le thé contient aussi des particules nuisibles et combien peut-on en ingérer ?

Dans les paragraphes suivants nous nous pencherons sur ces questions et présenterons des éléments de réponse en nous appuyant sur différents recherches scientifiques. Nous déplorons cependant le fait que certains résultats dans ce domaine présentes des discordances. Cependant nous pouvons résumer le résultat de cet article pour le lecteurs pressé en disant clairement et simplement que le thé vert est une excellente sources d’oligoéléments rares et essentiels. Pour plus d’informations, vous pouvez également consulter l’article Les Bienfaits du thé vert.

Apports du thé 

Tous les types de thés (vert, blanc, jaune, Oolong, Pu-erh, noir) comportent une relativement grande quantité d’oligoéléments ainsi que de nombreux minéraux. Ces composants chimiques varient drastiquement en fonction de la qualité, la variété de thé, l’origine, la situation topologique du jardin de thé, le nombre de récoltes, l’âge des feuilles, la partie de la plante récoltée, et les techniques de transformation.

D’après une analyses croisée d’une vingtaine d’études scientifiques, le thé noir comporte des quantités relativement importantes des éléments chimiques suivants : Fluorure, Potassium, Nickel, Aluminium, Magnésium, Chrome, Manganèse, Cuivre, Calcium, Fer, Cadmium, Cobalt, et Plomb.

Le thé vert quant à lui est riche en:Potassium, Manganèse, Fluorure, Fer, Zink, Cuivre, Aluminium, Calcium, Magnésium. Les résultats sur les quantités présentent des discordances ce qui indique là aussi que les niveaux dépendent largement de la qualité, c’est-à-dire de l’origine, de la situation topologique du jardin de thé, et du savoir-faire général accordés à la production des différents types de thés verts.

Une des rares études qui comparent plusieurs types de thés vert a été mené par Chu et Junéja. Celle-ci rapporte les teneurs en Calcium, Phosphore, Fer, Natrium, et Potassium dans la masse sèche des différents thés mais aussi dans l’eau du thé (voir tableau ci-dessous). On voit clairement que les quantités extraites dans l’eau sont très faibles mais que les feuilles comportent des valeurs extrêmement haute en Potassium, Calcium, et en Fer. Ainsi le thé en poudre peut être une très bonne source pour prévenir ou traiter des carences en minéraux.

 CaPFeNaK
Gyokuro 390   410   10   11   2.800  
Matcha 420   350   17   6   2.700  
Sencha 440   280   20   3   2.200  
Kamairicha 490   250   24   4   2.200  
Bancha 740   210   38   4   1.900  
Hojicha 490   280   13   6   1.900  
Oolong 310   230   32   7   1.800  
Thé noir 470   320   17   3   2.000  

Sources : Chu et Junéja p. 14 1 ; Ca=Calcium, P=Phosphore, Fe=Fer, Na=Natrium, K=Potassium

 CaPFeNaK
Gyokuro 2   12   0,1   1   180  
Matcha 13   7   0,5   0,2   81  
Sencha 2   1   0,1   2   18  
Kamairicha 3   1  traces  1   22  
Bancha 3   1   0,1   1   21  
Hojicha 2   2  traces  1   13  
Oolong 2   1   traces  1   13  
Thé noir 2   3   –     2   16  

Sources : Chu et Junéja p. 14 1 ; Ca=Calcium, P=Phosphore, Fe=Fer, Na=Natrium, K=Potassium

En cohérence avec l’étude ci-dessus, Chu et Junéja rapportent également une analyse de 22 composants minéraux présents dans les feuilles de thé vert.

Natrium3,5-7,1gAluminium420-3500 ppm
Phosphore0,2-0,7gArsenic0,2-0,42 ppm
Potassium1,6-2,5gBarium1,3-5,1 ppm
Calcium0,12-0,57gBromure7,8-25,0 ppm
Magnesium0,12-0,3gFluor17-260 ppm
Souffre0,24-0,48gNatrium20-33 ppm
Fer100-200 ppmNickel1,3-5,9 ppm
Manganèse500-3000 ppmPlomb2,2-6,3 ppm
Cuivre15-20 ppmRubidium8-44 ppm
Molybdène0,4-0,7 ppmScandium0,2 ppm
Bore20-30 ppmSelenium1,0-1,8 ppm

Source: Chu und Juneja, p. 191

Manger les feuilles de thé?

Comme seulement une très petite quantité de minéraux est extraite dans l’eau du thé, le fait de boire du thé infusé ne suffit à fournir les quantités recommandés. Dans ce cas, on peut recommander de manger les feuilles de thés, notamment le Bancha après l’avoir infusé, ou de consommer des poudres de thé vert comme le Matcha ou le Microcha (poudre de Sencha). Les poudres de thé vert se préparent soit de la manière traditionnelle avec de l’eau chaude ou alors dans des boissons froide froides. Dans les jus ou smoothie on peut profiter de certains minéraux sensible à la chaleur. Contrairement aux autres types de thés, le thé vert japonais est naturellement comestible car il torréfié à la vapeur et non-fermentés. On recommande particulièrement le Bancha et le Matcha. Sur ce thème vous pouvez aussi consulter l’article Bancha – Fournisseur de Fer.

Source d’oligoéléments rares

Le corps humain a besoin d’une petite quantité d’oligoéléments plus ou moins rares pour maintenir un bonne équilibre. Le thé vert peut être une très bonne source d’oligoéléments et notamment des molécules plus rares. La plante Camellia Sinensis variété Sinensis (chine et japon) contient une étonnante variété de nutriments essentiels autrement difficiles à trouver dans d’autres aliments. Presque 40 des 50 oligoéléments essentiel à l’organisme humain sont disponible an quantité conséquente dans le thé vert. 

Types de thé vert

Le meilleur fournisseur d’oligoéléments essentiels est le thés vert japonais de qualité supérieur. On compte notamment la poudre de thé vert Matcha (absorption de tous les nutriments dans la feuille) et le Sencha. Toutefois, le Bancha, le Gyokuro, le Karigané, ainsi que la poudre Benifuuki apportent chacun des grandes variétés de complexes nutritifs, de minéraux et autres éléments essentiels pour l’organisme. Hormis les poudres de thé, le thé le mieux toléré s’il s’agit d’ingérer les feuilles pour bénéficier au maximum est le Bancha. 

Thé vert et pollution

Le thé bio ou de haute qualité issus de régions et sols non pollués qui sont préparé correctement ne contient quasiment aucun éléments toxiques. Cependant en valeur absolue pour qu’un thé contaminé par des polluants soit nuisible à l’organisme il faut en consommer des quantité excessives. Un thé propre consommé quotidiennement (entre 1L et 2L) ne présente aucun risque. Au contraire, le thé vert est une des meilleurs sources d’oligoéléments rares. 

En fonction de la température, et de la durée d’infusion, l’eau du thé va extraire des quantités différentes d’oligoéléments. D’une manière générale, les conditions optimales pour une extraction harmonique et équilibré est d’infuser le thé pendant 2 min à une température comprise entre 50 et 60°C. Il est recommandé d’infuser les feuilles une seule fois.

Aluminium 

Le niveau d’Aluminium dans le thé est plus élevé que dans d’autre plantes. Cependant, il a été démontré que l’arbre à thé (Camellia Sinensis) possède un mécanisme biochimique pour neutraliser l’aluminuim. Dans le rapport scientifique de T. Nagata (New Analytical Methods for studying Tea Quality Components, Tea Res J., 72, 1990, p. 53) il a été observé que l’aluminium dans la plante se trouve principalement sous forme de chélate, ce qui indique une influence positive des catéchines sur les effet nuisible de l’aluminium. De ce fait, l’ingestion de chélate d’aluminium par les feuilles de thé n’est pas nuisible à notre organisme.

Fluorure

Le Fluorure est stocké dans les feuilles de thé sous forme d’anion. Cela entraîne la présence différentes des composés de Fluorure qui se logent dans les gencives et ont des effets antibactériens (1). Par ailleurs si le thé est torréfié à haute température il se forme un complexe inactif de Fluorure d’Aluminium qui est supposé avoir un effet contre les caries. Il peut donc être recommandé de consommer du thé vert torriéfé à la vapeur d’eau (Japonais) ou du thé vert rôtis (méthode fréquente en chine: sauté au Wok).

Oligoéléments dans le thé

On trouve une grande variété d’oligoéléments dans tous les types de thés, mais particulièrement dans le thé vert et ce notamment provenant de la variété Sinensis. C’est le cas des thés verts émanant de Chine et du Japon contrairement à ceux de la variétés Assamica provenance d’Inde. Vous pouvez consulter l’article types de thés pour plus d’information. En Inde, on cultive la variété Assamica qui est de qualité inférieure mais nécessite moins de soin, et contient une moins grande variété d’oligoéléments. Cela explique pourquoi le thé noir, le plus souvent issu de l’Assamica, a moins à ses amateurs dans le domaine des oligoéléments. 

Micronutriments : vitamines, minéraux, substances végétales secondaire

Les alimentation permet aux être humains (et à la majorité des espèces animales) de survivre et garder un équilibre. Ces aliment se divisent en deux groupes principaux: Premièrement, les macronutriments ou nutriments composés des protéines, glucides (sucres), et lipides (matières grasses). Deuxièmement, les micronutriments qui rassemblent les vitamines, les minéraux (ou oligoéléments) et les substances végétales secondaires. On désigne comme minéral seulement un nombre limité de substance, dont le corps humain contient plus de 50mg par kilogramme. Les minéraux et nutriments sont donc des éléments essentielles pour la survie de l’organisme, tout comme les autres micronutriments. Ce sont des substances présentes chez les végétaux et les animaux. 

Oligoéléments

Les oligoéléments sont une sous groupe des minéraux. Le préfixe Oligo- provient du grecque ancien et signifie « rare ou peu abondant ». Leur nom indique donc leur raretés dans notre organisme (moins de 1mg par kg de masse corporelle). Une exception est faite à propos du Fer qui représente environ 60 mg par kg de masse corporelle, mais malgré sa relative abondance est toute de même considéré comme faisant parti des oligoéléments. Les oligoéléments qui représentent moins de 1 µg/kg dans notre organisme, sont appelés Ultra-oligoéléments (Fluorure, Silicium),

Minéraux

Comme les acides gras et les acides aminés, les minéraux (et oligoéléments) sont séparés en deux groupes, les minéraux essentiels et les minéraux non-essentiels. Par ailleurs, ils y a parmi les oligoéléments des substances toxiques qui a plus ou moins haute doses sont nuisibles pour notre organisme. On trouve par exemple l’arsenic, le plomb et let le cadmium. Cependant, à petite dose ces substances ont un rôle dans le système digestif. Le tableau ci-dessous offre un un vu d’ensembles des ces éléments :


MinérauxOligoélements EssentielsOligoéléments toxiques
CalciumFer Arsenic
PhosphoreIodePlomb
MagnesiumFluorCadmium
NatriumZincMercure
PotassiumCuivreThallium
ChloreSeleniumBismut
SouffreManganeseBeryllium
 ChromePalladium
 Molybdéne 
 Cobalt 
 Nickel 
 Silicium 
 Vanadium 
 

Brome

 

En plus des éléments ci-dessus, i l existe encore une cinquantaine d’autres d’éléments. Ces éléments malgré leur présence très limitée voir infime dans l’organisme ont, selon nous, un rôle essentiel dans le bon fonctionnement du métabolisme. On compte parmi eux : Bore, Lithium, Antimoine, Barium, Carbone, Cérium, Césium, Dysprosium, Erbium, Europium, Gadolinium, Gallium, Germanium, Or, Hafnium, Holmium, Iridium, Lanthane, Lithium, Lutécium, Néodyme, Niobium, Osmium, Platine, Praséodyme, Rhénium, Rhodium, Rubidium, Ruthénium, Samarium, Scandium, Argent, Strontium, Tellure, Terbium, Thorium, Étain, Titane, Tungstène, Ytterbium, Yttrium, Zirconium.

Rôle des minéraux

Les minéraux et oligoéléments ont une grande variété de rôles extrêmement important pour le fonctionnement de l’organisme, de l’équilibre psychique et émotionnel. Quelques-unes des fonctions les plus importantes sont les suivantes :

  • formation des tissus organiques et des composants chimiques (ex : le fer pour la formation de l’hémoglobine dans le sang ; Calcium, Magnésium, Phosphore, Potassium, Bore, Cuivre, Manganèse, Silicium dans la construction des os)
  • Essentiels pour le métabolisme, notamment pour le foie et les reins
  • Essentiels pour le travaille du système immunitaire
  • Neutralisation des acides (équilibre du PH)
  • Participent aux sécrétions hormonales
  • Essentiels pour les création des enzymes 
  • Participent à la neurotransmission

Alimentation et minéraux

On entent souvent dire qu’en ayant une alimentation équilibrée notre organisme reçoit  des quantités suffisantes de minéraux et oligoéléments. Dans bien des cas cela est correct et une carence n’est pas a craindre. Cependant des études montrent que certaines situations requièrent une vigilance accrue:

  • Vegan et Végétarien: la consommation de viande ne suffit pas à couvrir les besoins de l’organisme car de nos jours la viande majoritairement disponible sur le marché contient des très faibles quantités d’oligoéléments. Par ailleurs, de nombreux nutriments de sources animale sont difficiles à digérés et peuvent donc être mal assimilés par notre organisme. Cependant, il est démontré la viande de qualité apporte des minéraux essentiels. Il n’est par rare que de individus suivant un régime vegan ou végétarien puisse être l’objet de carence “typiques”. Il est donc fortement conseillé à ces personnes de surveiller leur niveau de Fer, Zinc, Manganèse, et Chrome.
  • Maladie ou Infections : Dans ces conditions le système immunitaire nécessite des quantités supérieurs de presque tous les nutriments. Une alimentation “normale” suffit rarement à fournir les quantités nécessaires.
  • Hyperacidité chronique (goutte, arthrite, arthrose) et stress : Ces deux facteurs sont très communs dans notre société. Ils requièrent tous deux des quantités importantes de nutriments essentiels pour faire fasse à la situation et participer apaiser les symptômes.
  • Alimentation déséquilibrée: Une grande partie de la population souffre d’une alimentation déséquilibrée (même dans les pays « riches »). Excès de mauvaises graisses, de glucides, de sucres rapides, d’édulcorants, de mauvaises protéines, de produits laitiers, d’alcool, de nicotine, de café. Pour généraliser, il s’agit d’excès chroniques d’aliments tellement difficiles à digérer que la digestion en elle puisent dans nos ressources! Un autre effet pervers est le fait que cette situation de déséquilibre alimentaire peut bloquer la bonne assimilation nutriments.
  • Appauvrissement des sols: La plupart des fermes, y-compris certaines terres agricoles bio, sont appauvries et offrent des quantités de plus en plus faibles de nutriments aux aliments qui poussent ou aux animaux qui mangent les végétaux issus de ces terres pauvres.
  • Processus industriels: Ils contiennent souvent des quantités déplorables de nutriments de sorte que parfois ces aliments sont “fortifiés” en vitamines et minéraux. Malheureusement la qualité des additifs est souvent très mauvaise. Les si la quantités de nutriments est “suffisantes” la biodisponibilité n’est pas prise en compte et est souvent extrêmement faible.
  • Aliments cuit: D’une manière générale, la chaleur dégrade ou détruite beaucoup des substances et vitamines souhaités. D’où l’intérêt de consommer de la poudre de thé vert dans des smoothies ou jus de fruits et légumes crus.
  • Blocage de l’assimilation : La bonne assimilation de micronutriments essentiels (notamment le magnésium) peut être diminuée ou bloquée par le contact avec certains aliments. Parmi elles ont trouve les produits laitiers, les sodas (boissons contenant du phosphate et du dioxyde de carbone), les réducteurs d’acidité et de nombreux médicaments.
  • Flore intestinale endommagée : Une grande partie des êtres humains souffrent de dommages de la flore intestinale. Les  toxines qui en découlent dans les muqueuses conduisent souvent à une baisse de la capacité d’assimilation des nutriments par le système digestif. En cas de dérèglement sévère, la flore ne parvient plus à extraire suffisamment de nutriments de la nourriture pour maintenir l’approvisionnement de l’organisme.

Complément alimentaires

La consommation de compléments alimentaire (substance synthétiques isolées) dans le but de redresser ou prévenir ou traiter carences soulève les problématiques suivants:

  • Dépistage de la carence: L’absorption de substances isolée suppose que l’individu sait avec certitude quelles vitamines ou nutriments sont en situation de carence. Étant donné le grand nombres de substance nécessaires pour maintenir un bon équilibre, ce genre de méthode à une efficacité limitée. Par ailleurs, les testes sanguins de dépistage offrent très peux de précision. 
  • Complexe nutritif: Les substances nutritives isolées n’existent pas dans la nature. Celles-ci peuvent avoir un effet très néfaste dans certains cas. Il à été montré que certaines complément non-orthomoléculaire pouvaient inhiber voire même bloquer l’assimilation correcte des nutriments recherchés. Cela résulte à une situation encore plus problématique pour l’organisme (ex : calcium peux bloquer le fer et le fluorure, le zinc peut bloquer le cuivre etc…)
  • Adjuvants ou additifs artificiels: Des nombreuse préparation de la sorte contiennent des agents de liaison synthétiques qui sont mal tolérés par l’organisme.
  • Biodisponibilité: Les molécules synthétique (disponibles en majorité sur le marché) sont extrêmement pauvres en terme de biodisponibilité et dans bien des cas nuisibles à l’organisme.

Les complexes nutritifs naturels – la meilleure solution

Si l’on prend en compte ces facteurs, il est selon nous beaucoup plus efficace de combler ses carences par une alimentation équilibrée ou des compléments alimentaires d’origine naturelle. Ces derniers ne sont efficaces qu’à condition de respecter des principes “Complexe Nutritif”, c’est à dire qu’il prennent en compte la totalité des ingrédients naturellement présents dans la plante. Par ailleurs ces dernier ne doivent pas contenir d’agents de liaison synthétique.

Idéalement il faut privilégier les compléments alimentaires naturelles et bio, car beaucoup plus riches en nutriments biodisponibles. Comme pour le thé de qualité, les produit issus de l’agriculture biologique de qualité renferment une complexité et une « harmonie » de vitamines et nutriments largement supérieure. Ces produits qualitatifs apportent de nombreux autres bienfaits pour la santé, à commencer par l’augmentation du métabolisme. Dans le cas du thé vert, certains thés verts haut de gamme de Chine et du Japon sont particulièrement riches en nutriments essentiels. C’est donc cela ce qui explique leur nombreuses propriétés médicinales.

Sources :

Chu, D.-C. und Juneja, L.R., General Chemical Composition of Green Tea and its Infusion, in Chemistry and Applications of Green Tea, 1997, p. 14.




Leave a Reply