Thé vert de Kagoshima

 

Thé vert de Kagoshima

Kagoshima : deuxième producteur de thé vert au Japon, produit le meilleur thé bio en rapport qualité prix. Top-Senchas de Kirishima, Chiran ou Shibushi.

Thé vert de Kagoshima : Profil

Géographie : Préfecture la plus méridionale de l’archipel japonais située sur l’île de Kyūshū. Environ à 100km à vol d’oiseau de Tokyo. Importance : 2ème producteur en terme de volume, une des meilleures régions du Japon. Par le passé une région de production de masse, mais aujourd’hui le niveau de production se rapproche constamment des régions les plus qualitatives, les préfecture de Shizuoka et Uji. Bon rapport qualité / prix. Meilleurs terroirs : Kirishima (Makizono, région montagneuse), (Nord-)Chiran (région montagneuse), Shibushi (notament la région d’Ariake). Particulièrement reconnue pour : le Shincha (tout premier shinsha au Japon), le Sencha notamment celui provenant des régions montagneuses. Mais également des Senchas et Banchas au rapport qualité prix très solides en provenance du Sud de Chiran. On y trouve également d’excellents Fukamushi et Tamaryokucha. Leader dans la culture du Tencha biologique (pour le Matcha). Mais de puis peux également d’excellents Gyokuros biologique. Cultivars particuliers : la clémence particulière du climat dans cette région permet la culture de semences (aussi appelés cultivar) non résistants au gel. Paris ceux-ci on compte notamment: Yutakamidori, Saemidori, Asatsuyu, Okumidori. Par ailleurs, une variétés nouvelle possédant de propriétés médicinales très particulière pousse dans le Sud de l’île, il s’agit du thé Sunrouge. Qualités gustatives typiques : Corsé, puissant, minéral (terres volcaniques). Robe : Vert vif et intense. Climat et sols : Très clément, intensité solaire souvent intense. Région volcanique aux sols fertiles riches en minéraux. Particularité : Région volcanique active, certains fermiers doivent rincer les feuilles de thé des cendre volcaniques en suspension. Les zones agricoles plates (en aval) ont la productivité la plus élevée au Japon. Région connue pour leur techniques et rendements agricoles exceptionnels, ainsi qu’une cuisine excellente. Du fait de l’intensité lumineuse de la région, certains Senchas sont mis à l’ombre (comme pour le Gyokuro) quelques jours seulement avant la récolte. Les produits phares à choisir en priorité :

  • Premier shincha de l’année
  • Sencha de Kirishima Makizono
  • Sencha de Chiran : Le Nord de Chiran (montagneux) pour les meilleurs qualités, Chiran Sud pour les meilleurs rapports qualité prix et le Fukamushi Sencha (étuvage intensif)
  • Sencha produits à base de cultivar Saemidori, Asatsuyu et Okumidori
  • Tamaryokucha de Shibushi
  • Matcha bio produit à partir de Tencha de Kagoshima (uniquement de la première récolte et meulé à la pierre comme le veut la tradition)
  • Gyokuro biologique de Shibushi produit du cultivar Saemidori et / ou  Okumidori
  • Le Sunrouge variété nouvelle très intéressante pour ses propriétés médicinales particulières.

Sud du Japon – Préfecture de Kagoshima

Kagoshima (jap. 鹿児島) est une des préfectures méridionales situés sur Kyūshū, une des 4 îles principales du pays du soleil levant. Elle s’étend du Nord au Sud sur 600 km et d’Ouest en Est sur 270km sur une surface d’environ 9,189 km2 (environ la superficie du département des Landes, 40) pour un population d’1,7 million d’habitants. La région possède environ 2,600 km de côtes sur la mer de Chine de l’Ouest. Kagoshima est délimitée au Nord par Kumamoto et à l’Ouest par Miyazaki, deux régions également reconnues pour la production théicole. La préfecture comprend près de 200 petites îles qui d’étendent à plusieurs milles nautiques de la côtes. Au Sud, on trouve les terres très fertiles et bien exploitées de la presqu’île de Satsuma. Le nord est marqué par une chaine volcanique faisant partie du parc national de Kirishima-Yaku.

Importance de l’agriculture

Kagoshima est clairement tournée vers l’agriculture et est très connue pour l’exportation de sa production qualitative. En haut de la liste des exportations on trouve les thés, suivit par le riz, la patate douce, la canne à sucre, la pomme de terre, et le Chrysanthemum. Kagoshima est connue pour ses énorme radis, sa liqueur de pomme de terre, sa viande de porc, sa pêche, et certaines sucreries. En 2006, la production de thé de Kagoshima a été évaluée à 26,5 Mrd. Yen (env. 186 Mio. €) soit environ 6,5% de la production agricole cette année là.1

2ème producteur de thé au Japon

Après Shizuoka, la préfecture de Kagoshima est la deuxième plus grosse productrice de thé au Japon. Le climat doux de Kagoshima lui permet de produire chaque années les tous premiers Shinchas du Japon. En effet sur certains jardins de thés positionnés de manière optimale ce thé de printemps est récoltable dés la fin du mois de mars. Avec près de 25000 tonnes de thé produites en 2014, Kagoshima représente à elle seule par moins de 30% de la production nationale cette année. La superficie totale des fermes et plantations de Kagoshima est évaluée à 8080 hectares ce qui équivaux à 21% de la surface totale de production de thé vert au Japon.2 La préfecture de Kagoshima cultive activement le thé vert environ depuis le XIXème siècle durant la période Meiji (明治時代). À cette époque, la plupart des ménages ont commencé à planter des arbustes à thé dans leur jardins domestiques. Il y avait par exemple une maison de Samouraï (chevalier aristocrate) fameuse notamment pour la beauté de ses buissons de thé. À l’origines Kagoshima fut considérée comme une région insignifiante en terme de production et de savoir faire, et de culture du le thé vert en général en comparaison avec les autres régions historiquement plus développées comme Shizuoka, et Uji (Kyoto). Cependant cette situation de évolue continuellement depuis les décennies suivant la Seconde Guerre Mondiale. À partir de 1954, l’envolée économique internationale du Japon à entraina une croissance très importante de la demande de thé vert Japonais. Cela entraina un expansion énorme de la production dans la région de Kagoshima, notamment durant les années 60. C’est ainsi que depuis les années 60, le volume de production de thé vert n’a cessé de croitre jusqu’en 2008 pour atteindre 26000 tonnes de thé vert. On note pour comprendre l’ampleur du bon qu’en 1985 la production était de 12431 tonnes.

Récolte mécanique de thé vert

Récolte mécanique de thé vert à Kagoshima : Productivité très élevée

Développement du thé de Kagoshima

Une constatation étonnante est le fait qu’entre 1985 et 2008 La production de thé vert a plus que doublé à Kagoshima alors que la surface de production n’est passée que de 7.610ha à 8.660ha (13% de surface en plus).1 Cela ne fut possible principalement que grâce à la cémente des hivers et une expansion des récoltes mécaniques sur les surfaces (plates au Sud de la préfecture) praticables en tracteur. En 2007, en moyenne 86% des surfaces théicoles étaient récoltés à la machine alors que la moyenne japonaise est de 40% seulement.1 Par ailleurs, cette préfecture contient des exploitations plus vastes que dans les autres parties du Japon. En effet 55% des producteur possède une exploitation de plus d’un hectare alors que dans la région la plus importante (mais montagneuse) de Shizuoka cette moyenne se trouve autour de 29% seulement1. Ces spécificité expliquent qu’en 2003 la productivité horaire du travaille effectué par unité de thé produit à un facteur de 1,6 par rapport à la première région en volume de production, Shizuoka. Pour une surface de 10 ares (0,1 hectare) la masse horaire était de 78,2 heures à Kagoshima alors qu’a Shizuoka la même surface requérait en 2003 par moins 122 heures de travaille.1 Du fait de cette expansion spectaculaire, le marché de grande distribution de thé à Kagoshima (le Kagoshima Tea Market) à pris une importance formidable dans le marché domestique et mondial. En 2006, près de 15.916t y ont étés revendues dont 68% via des coopératives.1 Le thé de Kagoshima, assez longtemps considéré comme étant de qualité inférieure est pourtant chaque année revendu en bonne partie au préfecture les plus prestigieuses de Shizuoka et Uji afin d’y être mélangé au produit locaux. En effet le droit japonais valide appellation d’origine si 50% ou plus d’un produit provient de ladite origines, et ceux sans nécessité d’informer le consommateur. Du point de vue de la préfecture et des fermiers de Kagoshima, des mesures considérables ont été mises en place dans les années 90 pour non seulement pour améliorer la productivité et mécaniser la production, mais surtout pour améliorer la qualité du thé, le marketing des meilleurs terroirs/producteur, et évidement soutenir les ventes. La Kagoshima Kirishima Tea Brand Association a vue le jour à cet effet. Par ailleurs, une fort accent à été mis sur la production selon des méthodes biologiques, et la sélection des cultivars les plus favorables en terme gustatif.

Champs de thé vert "droits comme de i" à Kagoshima

Champs de thé vert “droits comme de i” à Kagoshima

Hausse de la qualité et leader dans le Bio

En 2007 deux Senchas de la région de Chiran ont remporté pour la toute première fois le concours national annuel de Thé au Japon (61ème edition de la competition). De nombreux autres prix et compétitions ont également pu être remportés par des fermiers passionnés de Kagoshima. Les dernières années ont démontré sans équivoque que cette région produit chaque année certains des meilleurs thés vert japonais. De 2008 à 2014, le volume de production est resté dans la zone des 24000 à 26000 tones de thé par an. La demande internationale croissante de thé bio, notamment de Sencha et de Bancha, à entrainé une augmentation de la production bio et de la superficie d’exploitation bio. Selon la Kagoshima Tea Industry Production Organisation la production de thé vert de Kagoshima (bio et conventionnelle) devrait atteindre 30000 tonnes en 2018. Contrairement à d’autre préfectures, Kagoshima accueil de nombreux producteurs et plantations jeunes. Entre 1998 et 2006, près de 295 nouveaux jardins de thé ou plantations ont été créées, soit une moyenne de 30 par an.1 En 2015, la demande gigantesque de quelques acheteurs internationaux tournés vers l’agriculture bio a fait jaillir les prix des thés vert bios sur le marché.

Biodiversité autour des plantations bio (pas d'herbicides)

Biodiversité autour des plantations bios (pas d’herbicides)

Kagoshima peut être considéré comme le leader dans le segment du thé vert japonais bio entrée de gamme. En outre, depuis quelques années une part croissante du Tencha bio (matière première pour la poudre de thé vert Matcha) provient de la préfecture de Kagoshima.

Foncièrement, Kagoshima demeure la régions de référence pour le thé vert japonais relativement bon marché ,et produit en masse, idéal pour les acheteurs industriels, qui mettent moins l’accent sur la qualité que sur la présence d’un certificat bio et le prix bon marché. Les meilleures régions de cette préfecture obtiennent cependant depuis la dernière décennie des thés de qualité exceptionnelles, notamment des Senchas comparables et parfois supérieures aux meilleures thés d’Uji et Shizuoka. Ce sont notamment les thés provenant des terroirs spécifiques de Kirishima, Chiran, mais aussi Shibushi. Ces thés atteignent dés prix comparables aux produits les plus prestigieux dans le thé vert au Japon.

Bilan Intermédiaire : historiquement Kagoshima était considéré comme un producteur de masse, mais cette région a fortement rehaussé son niveau et offre avec d’excellent rapports qualité / prix. Par ailleurs, on trouve aujourd’hui du thé vert de toute première qualité (Senchas et Tamaryokuchas de la première récolte) de Chiran, Kirishima et Shibushi en bio ou non. De plus, les Tenchas bios (pour le Matcha) et Gyokuros bios sont parmi les meilleurs disponibles sur le marché.

Trois régions à la géographie et au climat spécifiques

En ce qui concerne la production de thé vert, la préfecture peut être divisées en sous régions, en types de terroirs différents:

  1. Régions au climat particulièrement clément permettant de la récolte la plus précoce de l’année (Shincha).
  2. Grandes régions industrielles plates offrant la possibilité de décupler la productivité. Ce sont des thé bon marchés, basics allant jusqu’à la qualité Premium.
  3. Collines et ou montagnes au pied de chaines volcaniques offrants les thés ver les plus qualitatifs, mais plus difficiles à cultiver.

La carte ci-dessous montre les subdivisions de en terme de superficie allouée à la production du thé vert. Les régions en vert clair contient 1000 hectares ou plus de plantations théicoles.

Intensité productive des régions théicoles de la préfecture de Kagoshima

Intensité productive des régions théicoles de la préfecture de Kagoshima

Source: Kagoshima Tea Producers Association

1. premier Shincha de l’année, climats doux

Le climat le plus clément de la préfecture se trouve dans les régions suivantes :

  • île de Kumage (熊毛) au Sud-Ouest
  • îles méridionales de  Tanega Island (種子島) et Yaku Island (屋久島)
  • plaines de Satsuma autour du fleuve Sendaï
  • côte occidentale de la péninsule Osumi (大隅半島)
  • cote méridionale de la péninsule Satsuma (薩摩半島)
  • proche de la côte Sud de Shibushi (au Sud-Ouest de Kagoshima)

  Du fait du climat relativement plus chaud il est possible dans ces régions d’effectué la première récolte de l’année plus tôt que dans les autres préfectures. En plaine, il y a peu de risque de gel (un des événements les plus redoutés par les fermiers). De ce fait dans ces régions la récolte peut commencer dés fin mars. De plus tout au long de la saison, 4 à 5 récoltes peuvent êtres faites.

Hashiri Shincha de Kagoshima

Au Japon, le premier thé de printemps porte le nom de Shincha. Ce thé particulièrement qualitatif est très riche en nutriments en tous genre et en catéchines, et est très prisé par les aficionados de thé vert non seulement au Japon mais dans le monde entier. Le tout premier Shincha porte l’appellation de “Hashiri Shincha” (走り新茶). En japonais, le terme Hashiri signifie “courir” ou ” rapide” et par extension dans le content il signifie “arriver le 1er”. In Kagoshima kann die Ernte schon 66 Nächte nach dem Frühlingsbeginn des alten Mondkalenders, anstelle der in Japan sonst üblichen 88 Nächte begonnen werden. Le Hashiri Shincha provient principalement de la ville de Nishinoomote City (西之表市) et Minamitane Town (南種子町) Sur l’île de Tanega / Tanegashima (種子島. Le cultivar récoltable le plus tôt dans l’année est le Kuritawase. Du fait de sa grande fraîcheur, rareté, et ses bienfaits particuliers, ce thé est attendu avec beaucoup d’impatience par les connaisseurs et revendeurs du monde entier et peut atteindre des prix élevés.

2. Satsuma et Osumi, plaines et bassins sont les régions les plus productives

Bien que Kagoshima ne possède des bassins de que sur des petites surfaces, les régions considérés comme plus faciles à exploiter concentraient en 2007 pas moins de 99,7% de tous les champs de thé de la préfecture. La moyenne japonaise se trouve autour de 52,3%. Dans la grande préfecture à thé de Shizuoka, un grande quantité des plantations sont implantés beaucoup plus haut en montagne qu’a Kagoshima. Les principales plaines de la préfecture sont les suivantes : péninsule de Satsuma (薩摩半島) et d’Osumi (大隅半島) autour de la ville de Shibushi (志布志), la côte Sud-Ouest de Kagoshima (鹿児島湾) autour d’Oonejime (大根占) et le Sud de Chiran.

the-vert-japon-sud-chiran

Plaines fertiles et facilement exploitables du Sud de Chiran : Champs de thé et volcan Kaimondake en arrière plan.

3. Thé vert de Kirishima et Nord Chiran : meilleure qualité dans les régions montagneuses

Environ 9% de la préfecture de Kagoshima appartiennent à un parc national avec un nature et des paysages à couper le souffle. Ses collines féeriques et les régions plus montagneuses offrent un topologie et un climat avantageux en terme de climat pour la culture du thé. Les facteurs distinctifs expliquant le qualité des thé de Kagoshima sont la forte amplitude thermique entre le jour et la nuit, la brume épaisse du matin et du soir atténuant l’exposition solaire et augmentant l’humidité ambiante. Le thé pousse plus doucement que dans les autres régions et, du fait de l’exposition solaire atténué par l’humidité, produits moins de Catéchines (amères) et des niveaux plus importants de L-théanine. Ceci donne une douceur au thé de cette préfecture. En revanche le vrai désavantage de la culture à flanc de montagne est la pénibilité et le couts de production fortement accrus du fait des pentes. C’est ainsi qu’a la revente, les meilleurs thé de Kagoshima atteignent des prix très élevés. Les terroirs à flanc de colline ou de montagne le plus reconnus sont les suivants:

  • Montagne Kirishima (霧島山) (particulièrement Makizono),
  • Ouest de Kirishima (霧島),
  • Nord de Chiran (知覧) partie au Sud appelée Satsuma (薩摩),
  • Le fleuve Sendai (川内川), à mi-fleuve,
  • Osumi (大隅) partie montagneuse au Sud.
Montagne et champs de thé du Nord de Chiran : paysage digne de peinture

Montagne et champs de thé du Nord de Chiran : paysage digne de peinture

Les meilleurs thé de Kagoshima

On compte actuellement dans cette préfecture 15 appellations connues, parmi lesquelles 3 sont très renommées pour leurs qualités. Ci-dessous, les régions individuelles sont rapportées:

1. Satsuma (さつま)6. Chiran (知覧)11. Shibushi (志布志)
2. Hioki (日置)7. Ei (頴娃)12. Kanoya (鹿屋)
3. Matsumoto (松本)8. Kirishima (霧島)13. Tashiro (田代)
4. Kawanabe (川辺)9. Soo (曽於) – Takarabe (財部)14. Oonejime (大根占)
5. Makurazaki (枕崎)10. Soo (曽於) – Sueyoshi (末吉)15. Tanegashima (種子島)

Les privilèges topologiques des meilleures régions de Kagoshima sont mis en avant dans le marketing des thés qu’ils produisent. Il a’agit des régions suivantes:

  1. Kirishima (principalement Makizono),
  2. Chiran,
  3. Shibushi (principalement Ariake).

Kirishima Cha

La région montagneuse de Kirishima produits parmi les meilleurs Sencha du Japon, notamment ceux issue de Makizono. Cette région offre des conditions permettant de cultiver les semences délicates suivantes: Saemidori, Okumidori et Asatsuyu. Du point de vue qualitatifs, les senchas de de terroir et du Nord de Chiran sont comparables avec les meilleurs Senchas du Japon (régions d’Uji et Shizuoka). Pour plus d’information, consultez l’article le thé vert de Kirishima.

Chiran Cha

Considérée par les connaisseurs de thé vert comme la meilleure région de Kagoshima, et une des meilleures régions du Japon. Le Nord de Chiran montagneux offre les meilleurs Senchas. Le Sud produit des thé aux rapports qualité prix excellent. On recommande généralement ici d’opter pour le Sencha produit à base du cultivar traditionnel Yabukita et le Fukamushi Sencha issu de la variété Yutakamidori. Pour plus d’information, consultez l’article le thé vert de Chiran.

Shibushi Cha

La deuxième plus grosse région productrice de thé de Kagoshima est implantée sur la côte et possède un climat très doux et des plaines facilitant le logistique agricole. Les sous-régions très connues de Shibushi sont Matsuyama et Ariake. la région de Shibushi offre des Shinchas cueillables très tôt dans la saison, des Tamaryokuchas exceptionnels, parmi les meilleurs Gyokuros biologiques du Japon. Pour plus d’information vous pouvez consulter l’article le thé vert de Shibushi.

Autres régions de Kagoshima

Il faut toutefois souligner que parmis les 12 autres régions de la préfecture de Kagoshima, il existes des fermier et des terroirs tout à fait remarquables.

Soo

C’est notamment le cas du Soo cha (曽於茶) à l’ouest de Kagoshima. La sous-région de Takarabe (財部) au Nord, située au pied du Mont Kirishima, a un climat extrême favorisant la culture du Sencha et du Fukamushi à l’arôme particulièrement doux et léger donc excellent au quotidien. La partie méridionale Sueyoshi (末吉) est perchée dans les montagnes. Les efforts importants engagées par les fermiers de cette sous région de Soo sont récompensés par un qualité excellente de Tamaryokucha. Le thé de Sueyoshi alias Sueyoshi Cha se distingue par une saveur rafraichissante et aimable et un belle robe lumineuse. Au Sud de Soo on trouve aussi la région d’Osumicho Tsukino (大隈町月野) encerclée par des montagnes et favorable pour la culture biologique (pas de risque de contamination des biocides par voie aérienne). En outre cette région se trouve proche du territoire phare d’Ariake à Shibishu. Le plateau offre des conditions excellentes et le thé qui en ressort est délicieux.

Ei

Par il ailleurs il ne faut pas oublier de mentionner la région d’Ei (頴娃) au climat doux et aux soles très fertiles. Ce territoire se trouve au Sud du Chiran, et s’étends au pied et à des altitudes élevées en montagne. Le Ei Cha existant depuis 1836 est un thé avec du corps et une belle robe verte et prononcée. On cultive à Ei jusqu’à 60% de Yutakamidori, un cultivar qui est souvent utilisé pour le Sencha du type Fukamushi (étuvage intense des feuilles de thé). On trouve à Ei les plus grosses exploitations de thé de Kagoshima allant jusqu’à 135 hectares.

Kawanabe

Amors que dans cette région on cultive de plus en plus la semence Kawanabe (川辺), son climat clement typique de Kagoshima permet de faire pousser des plans d’Oonejime (大根占) un cultivar précoce permettant de faire la récolte du Hashiri Shincha.

Tanegashima

Le Cultivar Oonejime mentionné ci-dessus se développe également fort bien sur l’île Tanega (種子島 alias Tanegashima) au Sud-Ouest de Kagoshima. On y récolte les tous premiers Shincha du japon, fin Mars, des thés particulièrement sucrés et riches en bouche.

Satsuma

Le thé vert de  Satsuma (薩摩) au Nord de la préfecture de Kagoshima, est quant à lui, très frais mais a lui une saveur très riche.

Hioki

La région d’Hioki (日置) se caractérise par sa grande diversité de thés et de cultivars. En effet, en plus de la semence traditionnelle du Japon, le Yabukita, les fermiers d’Hioki cultivent Yamatomidori, Kanyamidori, Asatsuyu, Yutakamidori et Okumidori. On y trouve entre autre Sencha, Bancha, et Gyokuro.

Matsumoto

Le Matsumoto cha (松本) des environs de la ville de Kagoshima, porte également le nom de Hanzu Cha qui désigne le Kamairicha (un thé vert fumé).

Makurazaki

Makurazaki (松崎) est connue pour sa production de thé noir. On cultive sur ce territoire le Saemidori, très apprécié car riche en Umami et peu astringente.

Champs de thé avec vue de Makurazaki sur l'emblème de Kagoshima : le Mt. Sakurajima, un volcan actif.

Champs de thé avec vue de Makurazaki sur l’emblème de Kagoshima : le Mt. Sakurajima, un volcan actif.

Kagoshima: un thé vert avec du corps et une robe verte et intense.

Son climat spécifique et l’exposition solaire souvent intense et les sols volcaniques, donc particulièrement fertiles, donnent au thé de cette région un caractère rafraichissant et singulièrement puissant, intense, avec du corps et beaucoup d’Umami. De même la couleur verte des feuilles du thé de Kagoshima est particulièrement foncée et intense. Cela se traduit dans l’infusion par une robe au vert vif et intense.

Bilan: Les grands amateurs de thé savent que Kagoshima offre une grande diversité de terroirs au thé délicieux, notamment les Senchas, Tamaryokuchas Sencha Fukamushi. Mais ce n’est pas tout, le Gyokuro et le Tencha biologique de Kagoshima sont les meilleurs du Japon. Il est fortement recommandé de déguster les thés du Nord de Kirishima (Makizono) et de Chiran. Il ont un caractère unique très appréciable.

Quantités produites par récoltes

Le thé vert est récoltable plusieurs fois dans l’année. Au printemps, la première récolte (Ichibancha, trad. = 1ère feuille) est connu pour être la plus qualitative du point de vue gustatif mais aussi la plus harmonieuse du point de vue santé (équilibre/proportion des ingrédients). Les récoltes suivantes, jusqu’à la récolte d’automne et parfois même en hiver sont beaucoup plus communes et corsée, elle contiennent plus de tannins qui sont des substances pouvant être lourd sur l’organisme. Toutefois du point de vue santé, ces autres récoltes sont un “mal nécessaire” car elles apportent des molécules différentes, ou des agencements de molécules / des complexes nutritifs, comme par exemple certaines catéchines, des polyphénols très précieux pour la santé. Les dernières données disponibles (datant de fev. 2015) sur les différentes récoltes de 2014 montrent qu’en ce qui concerne le niveau proportionnel de production de thé de la précieuse 1ère récolte, Kagoshima (34%) est dessous de la moyenne nationale (41%). Cependant, les récoltes plus tardives sont produites en plus grandes quantité notamment la 3ème récolte (Sanbancha, à ne pas confondre avec le thé Sannenbancha).  

 Production de thé au Japon, 2014 en ten % de la prod. totaleKagoshima 2014, en ten % de la prod. totale
Ichibancha 34.10040,8% 8.43034,2%
Nibancha 24.10028,8% 6.73027,3%
Sanbancha 6.0807,3% 4.40017,9%
Yobancha 1.3801,6% 9293,8%
Fuyu Haru Aki Bancha (Bancha d’hiver, de printemps & d’automne) 18.00021,5% 4.16016,9%
Aracha (Thé avant transformation) 83.660  100,0% 24.649  100,0%

Source: ministry of Agriculture, Forestry and Fisheries, Japan, 24. Février 2015

Production par variété

En 2013, la variété de loin la plus produite au Japon était le Sencha avec environ 61% de la production nationale.Puis on trouve le Bancha avec 24% (récolte de feuille majoritairement plus grosses, ayant lieu entre les récoltes principales). Kagoshima est encore plus trouvé vers ces deux types de thé vert avec 67% de Sencha et un peut moins que 31% de Bancha produits en 2013. Ce dernier chiffre montre à nouveau l’intérêt de Kagoshima pour les récoltes tardives que nous avions vu plus haut. Les forme de thés plus nobles en revanche sont moins cultivés dans cette région, car les variétés Tencha (pour le Matcha) Kabusecha et Gyokuro ne représentaient en 2013 qu’1% environ de la production de cette préfecture. Ce chiffre est loin derrière la moyenne nationale japonaise de 6%.

 Japon 2013 en tin %Kagoshima 2013 en tin %
Gyokuro 2280,3%  
Kabusecha 2.5302,9% 2060,8%
Tencha 2.2432,6%  
Sencha 52.46960,7% 17.20067,2%
Kamaryokucha 1710,2%  
Tamaryokucha 2.7883,2% 2691,1%
Bancha 20.83624,1% 7.85030,7%
Autres thés vert        1.4841,7% 550,2%
Thé noir  19 
Autre types de thés   
Total 86.467  100,0% 25.600  100,0%

Source: National Tea Production Federation of Japan

Sencha bio de Kagoshima, leader du marché

Les thés bios connaissent depuis quelques années une tendance intéressante. La préfecture est devenue leader dans la production de Sencha et de Bancha biologique. Qui plus est, certains des meilleurs Senchas bio de Kagoshima atteignent la même qualité gustative que les meilleurs Sencha conventionnels des autres préfectures renommées. Ceci est particulièrement réjouissant car il y a encore peu de nombreux experts et fermiers n’étaient pas convaincus que l’on puisse atteindre des qualités de premier ordre sans utiliser intensément d’engrais chimiques.

Ombrage du thé à Kagoshima

Du fait de la grande intensité lumineuse dans certaines parties du territoire, la technique de l’ombrage des plants de thé avant la récolte est très commune. Concrètement en cas de grand ensoleillement (excessif) les arbustes à thé sont couverts de grandes bâches en plastique, c’est ce qu’on appelle la technique Jikagise. Au Sud, dans les préfecture de Kagoshima et Miyazaki cette technique de mise à l’ombre du Sencha est beaucoup plus fréquente que dans la préfecture plus septentrionale et donc plus froide de Shizuoka, plus gros producteur du Japon. Dans les territoires très ensoleillés, les fermiers sont même obligés de contrôler l’ensoleillement et de couvrir les plants de thé quelques jours avant la récolte si l’ensoleillement est trop intense. La mise à l’ombre permet de réduire énormément l’exposition solaire, en moyenne de 70 à 80%. La plante compense cette perte lumineuse par l’activation intense de certains métabolismes. Un des effets es sécrétion intense de chlorophylle, et d’acide aminés savoureux qui normalement se transforment en catéchines au goût amère. Traditionnellement, le processus de mise à l’ombre est réservé au thés particuliers (plus raffinés) comme le Gyokuro, le Kabusecha, et le Tencha (utilisé comme base du Matcha). La pratique de couvrir les plants de thé 2 à 3 jours avant la récolte est fréquente à Kagoshima. Ceci dans le but de rendre le thé récolté plus doux et moins amer. Les fermiers décident à la dernière minute de faire cette opération en fonctionnes conditions climatiques. Cet technique d’ombrage court est conçue pour  pour améliorer les qualités du Sencha tout en conservant son caractère typique de puissant et relativement amer. Bien souvent sur le marché ce processus de mini-ombrage n’est pas communiqué sur les emballages.

Ombrage du Sencha à Kagoshima quelques heures avant la récoltes

Ombrage du Sencha à Kagoshima quelques heures avant la récolte

Kabusecha, Matcha et Gyokuro à Kagoshima

L’ombrage est différent lorsqu’il s’agit des variétés de thés spéciales suivantes: Kabusecha, Gyokuro, et Tencha (pour le Matcha). La technique de mise á l’ombre des arbustes à thé est plus intense. En effet ces types de thé nobles sont couvert sur des périodes plus longues (Kabusecha = thé couvert, 10 -15 jours), et plus encore le Gyokuro et le Tencha sont couvert 3 à 4 semaines avant la récolte. Cet opération entraine une puissante sécrétion d’acides aminés et de chlorophylle, et réduit les substances aromatiques amères (tannins). Les thés d’ombres sont donc beaucoup plus doux et Umami. La technique de couverture de plants de thé provient à l’origines des region du Japon avec une forte activité volcanique et donc d’importants dépôts de cendres sur les feuilles de thé. Cependant historiquement l’île principale de Kyushu dont Kagoshima fait partie n’est pas un producteur de grande quantités de thés d’ombre, Kabusecha, Tencha et Gyokuro. Cet production fût longtemps l’apanage des régions d’Uji, Mie, Yame et parfois  Shizuoka.

Champs de Tencha à Kagoshima sous une légère pluie de printemps

Champs de Tencha à Kagoshima sous une légère pluie de printemps

Matcha Bio de Kagoshima – Leader sur le Marché

Des fermiers de Kagoshima ont décidé depuis quelques années tournée massivement leur activité vers la production de Tencha Bio avec un franc succès tant du point vue du volume produit qu’en terme de qualité. En effet, la plus part des Matcha bio sur le marché, et parmi les meilleurs sont produits dans la préfecture de Kagoshima. Le Tencha les plus qualitatif est meulé à la pierre (granite) dans des ateliers traditionnels à Uji. Il est encore triste de constater que le marché international du Matcha est inondé de produits issus de Tencha de Kagoshima qualité inférieur (seconde récolte). Il ne faut cependant pas inculper la région de Kagoshima mais plutôt les maisons de Matcha et domaines responsables de ces productions de pauvre qualité exportées vers un marchés extérieur inexpérimenté en la matière. Naturellement ces exploitations sont fortement tournées vers le profit et le jeune marché européen fait ses premiers pas dans l’art du Matcha avec des produits de qualité souvent déplorable. Conseil pratique pour l’acheteur de Matcha bio : veillez à ce que ce matcha soit issu de la première récolte et si possible meulé à la pierre à Uji.  

Gyokuro bio de Kagoshima – qualité excellente

Le Gyokuro Bio est considérée comme le thé le plus difficile à produire de tous les thés japonais. La longue période d’ombrage crée des conditions très particulières entrainant des risques développement de nombreuses anomalies (infections de la plantes, développement de champignons et autres maladies). La plante de thé nécessite beaucoup de soin et de force pour pouvoir sécréter les acides aminés, la chlorophylle, etc donc des quantités importantes de ferment sont nécessaires à cette production couteuse. Le Gyokuro bio est fertilisé avec des engrais naturelle (composte) beaucoup moins puisants que les engrais chimiques. Cela explique pourquoi les Gyokuros bio même de très haut calibre peuvent avoir des niveaux d’Umami inférieurs aux meilleurs Gyokuros cultivés de manière conventionnelle. Les amateurs de ce thé noble et délicat se réjouissent que depuis très peu, plusieurs fermiers de Kagoshima soient parvenus à produire des Gyokuros de qualité vraiment excellente. En comparaison avec les Gyokuros de Uji et Shizuoka, ces jeunes Gyokuro bio de Kagoshima sont nettement supérieurs et atteigne même les niveaux gustatifs de certains des meilleurs Gyokuros non bio.

Climat subtropical avec beaucoup de Soleil

Dans l’ensemble Kagoshima (terre ferme) a un climat chaud et humide et particulièrement humide sur les îles méridionales (climat subtropical). Les hivers sont relativement doux mais peuvent être plus froid particulièrement dans les montagnes. La saison chaude est riche en précipitations et les journée sont très longues. L’automne est lui aussi assez pluvieux. La température mediane annuelles est de presque 19°C (nord de la France : 9°C, Sud : 15°C) avec une moyenne de 9°C en janvier et 29°C en aout. La durée moyenne d’ensoleillement direct est de 133h en janvier, 209h en juillet et 206h en aout (par comparaison en France on a environ 50h en Janvier, et un peut moins de 200h au coeur de l’été). La moyenne annuelle des précipitions dans la préfecture est de 2.266mm (période de 1961 à 1990). La moyenne française entre 1985 et 1990 était de 867mm. La majorité des précipitations a lieu durant la saison des pluies et au cours de l’été. Des typhons redoutés par les fermiers de la régions peuvent également avoir lieu à la fin de l’été et à l’automne. Paradoxalement, il peux également avoir des périodes de sécheresse estivale terribles pour les arbre de thé.

 Précipitations  (mm)Température (°C)Humidité relative  (%) ØEnsoleillement (h)Phénomènes atmosphériques
 Tot.moy.max.min.  Jour de neigejour de brume
Statistik Zeitraum1981 – 20101981 – 20101981 – 20101981 – 20101981 – 20101981 – 20102000 – 20102000 – 2010
Janvier77,58,512,84,665,0132,72,30,0
Février112,19,814,35,765,0135,11,80,2
Mars179,712,517,08,466,0148,80,50,1
Avril204,616,921,612,768,0167,50,00,0
Mai221,220,825,217,171,0174,20,00,2
Juin452,324,027,621,076,0121,80,00,2
Juillet318,928,131,925,375,0190,90,00,1
Aout223,028,532,525,673,0206,20,00,0
Septembre210,826,130,122,871,0176,70,00,0
Octobre101,921,225,417,567,0186,70,00,0
Novembre92,415,920,311,967,0155,20,00,0
Décembre71,310,615,36,767,0149,80,80,1
Année2265,718,622,814,969,01935,65,51,0

Source: Japan Meterological Agency

Cultivar les plus connus

Du fait du climat chaud de Kagoshima, une récolte précoce et abondante est possible. Le climat particulier permet de cultiver des variétés de thé très spécifiques et délicieuses. C’est un des élément qui a permit à Kagoshima de produire certains thés verts exceptionnels et de se bâtir ainsi une réputation. Si l’on compare la moyenne des 7 préfecture les plus reconnues pour la production de thé Shizuoka, Kagoshima, Mie, Miyazaki, Kyoto (dont Uji), Fukuoka et Kumamoto, Kagoshima est de loin la préfecture ou  les semences sont les plus variées. Le Yabukita, cultivar le plus fréquent au Japon, ne représente que 37% de la production d’Aracha (thé brut avant transformation) alors que la moyenne nationale est de 69%. Dans ces régions, on cultive des quantités beaucoup plus importante des cultivars Yutakamidori, Saemidori, Okumidori et Asatsuyu. Les connaisseurs de thé vert sont très avides des variétés inhabituelles car elles offrent des saveurs particulières. Voir le tableau ci-dessous. Remarque : On trouve également des petites quantités des semences Sayamakaori et Kanayamidori.

Production d’Aracha selon les cultivars (2012)Kagoshima en t Kagoshima en % Total des 7 préfectures* en tTotal des 7 préfectures* en %
Yabukita 9.62037% 54.31269,4%
Yutakamidori 7.28028% 7.2809,3%
Saemidori 2.3409% 2.9543,8%
Okumidori 1.0404% 1.9122,4%
Asatsuyu 1.3005% 1.3001,7%
Sayamakaori –  6980,9%
Zairaishu (endémique) –  6870,9%
Kanayamidori –  4270,5%
Samidori –  2220,3%
Takamidori –  750,1%
Yamakai –  490,1%
Sonstige 4.42017% 8.37610,7%
Total 26.000  100% 78.290  100,0%

*Shizuoka, Kagoshima, Mie, Miyazaki, Kyoto (dont. Uji), Fukuoka, Kumamoto Source: “ Policy of the development, protection and spread of the new breeds and new technology” publié en decembre 2013 par le ministère japonais de l’agriculture MAFF (Ministry of Agriculture, Forestry and Fisheries).

Bilan : Les connaisseurs de thé sont très friands des cultivars originaux provenant de Kagoshima comme Saemidori, Okumidori, Asatsuyu et Yutakamidori. Il faut absolument les déguster afin de non seulement découvrir des nuances de saveur très plaisantes mais également pour bénéficier des propriétés spécifiques exprimées dans chacun de ses variétés.

Paysages et sols volcaniques

Kagoshima est connue pour son activité volcanique accrue, ses nombreux volcans encore actifs, et peut se vanter d’avoir le plus haut volcan actif au monde, le Sakurajima, symbole de la ville de Kagoshima, et plus au Nord le Mont Kirishima. Parmi les 24 volcans actifs, défini selon des critère très stricts, 6 sont très actifs : Kirishimayama (1.700m), Sakurajima (1.117m), Yoneyama-Sumiyoshi Ike (100m), Wakamiko Caldera, Ikeda et Kaimondake. Les montagne Kirishima s’étend jusqu’à la préfecture voisine de Miyazaki et et domine de peu 20 autres volcans dont les pics actifs sont parmi les plus élevés du japon : Mt. Karakuni (1.700m), Takachiho-no-mine (1.573m) et Shinmoedake (1.412m). Cette région est souvent couverte de brumes, et est donc humide, ce qui est favorable pour la culture de thé. Le Sakurajima (jap.: 桜島) est un des 3 plus grands volcan actifs au Japon et crache fréquemment (tout comme le Shinmoedake) des grands nuages de cendres volcaniques qui retomber sur les champs de thé environ (même lointains), expliquant ainsi la grande fertilité des sols. Ces “pluies de cendres” sont tellement fréquentes que les feuilles de thé sont lavées après la récolte, en retirer les traces de cendre. Au Nord entre Kagoshima et la région voisine, se trouve le parc naturel montagneux de Kirishima-Yaku très impressionnant, avec sa chaine de pas moins de 20 volcans. Les sols fertiles et la forte intensité solaire font de Kagoshima en des meilleurs territoires agricoles au Japon. En effet, les fruits et légumes en tout genre poussent très vite et très bien. Il en est de même pour la thé vert. Dés mi-avril, Kagoshima est capable de produire les thés de printemps le plus précoce du Japon.

Imposant volcan : le Mt. Kaimondake à la pointe Sud-Ouest de Kagishima

Imposant volcan : le Mt. Kaimondake à la pointe Sud-Ouest de Kagishima

                  La plus grande partie de Kagoshima est très propre et plutôt montagneuse, comme notamment Takakuma Mountains (jap.: 高隈山地), Izumi Mountains (jap.: 出水山地), Satsuma Mountains  (jap. 薩摩山地) et Kimotsuki Mountains  (jap.: 肝属山地). De même il existe des plateaux reliant les massifs montagneux comme le plateau de Shirasu Daichi  (jap.: シラス台地). Dans les régions montagneuses, la récolte de thé est particulièrement contraignante et difficile, moins productive, mais dans les régions au climat extreme, c’est en montagne que le thé est de la meilleure qualité. Avec l’exception du fleuve Sendai (川内川), Kagoshima ne possède pas d’autres gros ou longs cours d’eau. Il y a cependant le long du Sendai sur les parties plates des petites rivières comme par exemple la rivière Kimotsu (jap.: 肝属川). Ces régions on des rendement productifs excellents pour le thé vert avec relativement peu d’effort.

Sources

  1. Kagoshima Tea Producers Association
  2. Ministry of Agriculture, Forestry and Fisheries of Japan, fevrier 2015.
  3. National Tea Federation Association