Thé vert pendant le traitement du Cancer?

thé vert chimio 

Thé vert pendant le traitement du Cancer?

Peut-on boire du thé vert pendant un traitement de Cancer ? Interview avec le Dr. Koh spécialiste en radiothérapie – Novembre 2013

 J. Schweikart : Chère Madame, vous êtes médecin spécialiste en radiothérapie. Il est maintenant depuis longtemps reconnu que le thé vert a des bienfaits contre le cancer. De nombreuses études scientifiques ont établi les effets antioxydants, anti-angiogéniques et anti-carcinogènes du thé vert. Il n’est donc pas surprenant que de nombreux intéressés aient recours à cette plante, que ce soit pour des raisons médicales ou préventives, mais aussi en substitut naturel au traitement médical conventionnel de maladies chroniques.

 Dr Koh : Ceci est correct, dans le cas où nos patients sont intéressés par le thé vert, ou par l’utilisation d’un procédé naturel alternatif. J’observe que de manière générale, la plupart de mes patientes atteintes de cancers, notamment de cancer du sein, sont très ouvertes et intéressées par ce thème.

 J. Schweikart : Il est connu que certains ingrédients dans le thé vert peuvent avoir des interactions négatives avec certains médicaments et donc inhiber leurs effets thérapeutiques. Les catéchines sont notamment connues pour avoir cet effet. Que conseillerez vous à un patient qui vous demanderait s’il peut boire du thé vert en parallèle de son traitement du cancer ?

 Dr. Koh : Fondamentalement, je valide et autorise le thé vert à mes patients, si certaines conditions sont remplies. Dans le cadre de la radiothérapie, un des effets désirés est que le traitement par irradiation produise des radicaux libres qui détériorent les cellules cancéreuses. Ceci ne constitue pas la partie principale du traitement, mais il ne faut pas la sous-estimer. Le thé vert, dont l’effet antioxydant s’oppose à ce procédé, est à exclure au moins le jour du traitement. L’effet d’irradiation mentionné ci-dessus ne dure que quelques heures. C’est pourquoi je demande à mes patients comme filet de sécurité, d’observer cette règle et de ne pas consommer d’antioxydants qui pourraient entraver l’effet du traitement souhaité de l’irradiation. S’ils respectent cette règle, tout devrait normalement bien se passer.

 J. Schweikart : Comment doit-on se comporter dans le cas d’autres types de traitement contre le cancer, notamment la chimiothérapie, ou alors la méthode plus récente de traitement aux anticorps? Sur internet, on trouve par exemple l’article du Dr. Markus Horneber, médecin oncologue et directeur du groupe de recherche biologique de la cancerothérapie à la clinique de Nuremberg. Ce dernier met en garde le fait que le thé vert possède un effet inhibiteur sur le Bortézomib, un nouveau médicament utilisé pour traiter certains cancers.

 Dr. Koh : Je conseille à mes patients la même chose dans le cadre de la chimiothérapie que dans celui de la radiothérapie. Il n’est pas recommandé de consommer du thé vert au cours du traitement mais plutôt pendant les périodes de pause. Cela est d’autant plus vrai dans le cadre de la thérapie aux anticorps, qui est de plus en plus utilisée de nos jours.

 J. Schweikart : J’ai une autre question concernant la tolérance au thé vert des patients très affaiblis par la maladie. Dans les cas avancés de cancer ou certaines phases thérapeutiques, les patients peuvent être très affaiblis. Mais aussi dans les phases avancées d’autres maladies, je pense qu’il est indiqué de limiter  l’absorption de grande quantité d’antioxydants comme les catéchines, qui peuvent peser sur le système. Quel est votre avis à ce sujet ?

Dr. Koh : Nous pratiquons ici des méthodes de médecine purement conventionnelles, et n’incluons pas de moyen naturels alternatifs ou de thé vert. Dans cette mesure, je ne peux pas partager d’observations personnelles directes. Mais une de mes préoccupations constante est de faire prendre conscience au patient l’importance de ce qu’il ingère, qu’il devrait essayer de comprendre si cela lui fait du bien et à quelle dose. Le patient doit, dans la mesure du possible, développer un bon sens concernant son bien être et prêter attention aux signaux que son corps lui envoie. Pour moi cela signifie que, si le patient ressent fortement que des fortes doses de catéchines en lui sont nocives, il doit réagir et réduire les doses ou opter pour un autre type de thé. Et dès que le patient reprend des forces, par exemple dans la phase post-opératoire, il peut graduellement revenir à une consommation normale, s’il en ressent le besoin et que cela contribue à éliminer les cellules cancéreuses. En cas de doute, il doit consulter son médecin traitant. Les plus important est d’éviter le thé vert pendant la période de traitement.

J. Schweikart : Cher Docteur Koh, je vous remercie infiniment pour cette interview.

Pour plus d’informations vous pouvez consulter l’article Thé vert et Cancer.




Leave a Reply