Caféine et grossesse

Grossesse café risque 

Caféine et grossesse

La caféine pendant la grossesse et l’allaitement peut être nuisible. Informations sur les risques, les dosages, et recommandations de café et thé.

Caféine : nocive pendant la grossesse ?

Lorsqu’une femme enceinte absorbe de la caféine, cette substance atteint le placenta et donc l’embryon. Contrairement aux adultes en bonne santé l’embryon n’est pas en mesure de métaboliser la caféine. Par ailleurs, la présence de caféine induit une augmentation de la catécholamine (adrénaline, noradrénaline, dopamine) dans le sang de la mère porteuse. Ces substances sont interprétées par l’organisme comme des bio-marqueurs de stress et sont associés et de effets nuisibles directs et indirects en cas de grossesse (cf. 2, p. 1024). Ces substances peuvent avoir des effets nocifs sur le foie de la femme enceinte. Pendant la grossesse, le foie, qui a un rôle central dans la production d’hormones, est déjà très stimulé. Par ailleurs la métabolisation de la caféine, prenant 3 à 7h pour la moitié de la caféine chez un adulte en bonne santé, est beaucoup plus longue pour une femme enceinte. Il en est de même chez les nourrissons, en cas de prise de contraceptifs, ou en cas de troubles hépatiques.

Tous ces facteurs expliquent que depuis bien longtemps la consommation de caféine est déconseillée aux femmes enceintes car elle est associée à des fausses couches, des naissances prématurées, ou des troubles de croissance (ex: trop petite taille à la naissance). 1, 2, 3

Caféine et fausses couches

Plusieurs études scientifiques se sont portées sur la relation existant entre ces deux éléments mais les résultats rapportés divergent fortement. L’American College of Obstetricians and Gynecologists a critiqué une publication de 2000 résumant plusieurs études (et reconfirmée en 2013) avançant que le cadre de cette publication (faible participation et questionnaire rétrospectifs) est trop limité. (Cf. 1, p. 467).

En outre l’American College cite deux grosses études de 2008 par Savitz et Al.et Weng et al. (5), qui ont tenté de contourner les limites existant dans les études publiés jusqu’alors.

Ses deux études étaient basées sur une consommation quotidienne de 200mg, en comparaison à des doses inférieures et supérieures. L’étude de Savitz rapporta qu’aucun rapport n’existait entre la caféine absorbée et d’éventuelles fausses couches. (Cf. 4, p. 62). Weng et al. contredisent Savitz et al. en rapportant un risque accru pour un dosage de 200mg ou plus5. Il faut cependant noter qu’en dessous de 200mg /jour, Weng et al. n’ont pas identifié un niveau pour lequel lesdits risques seraient accrus.

Naturellement ces différents résultats peuvent être liés à des approches ou des populations différentes. L’American College conclut malgré tout, qu’à ce jour, aucun conseil probant ne peut être établi en ce qui concerne la consommation de caféine durant la grossesse. (1, p. 468). Aux vues d’études disponibles à ce jour (Avril 2015) cela semble toujours être le cas. On note toutefois qu’en dessous de 200mg de caféine par jour ces deux études ne rapportent aucune augmentation des risques de fausse couche.

Caféine, naissances prématurées et poids à la naissance

Plusieurs études se sont également penchées sur les relations possibles entre la consommation de caféine et le risque de naissances prématurées et d’un poids trop bas à la naissance.

L’American College cite ici deux études de Bech et al.et Clausson et al.7. La première étude rapportait qu’une consommation moyenne de 182mg de caféine par jour avait une influence sur la durée de la grossesse (6, p. 409). En revanche la seconde ne trouve aucune relation entre ces deux éléments (7, p. 436).

Différents projets de recherche on également été portés sur la relation entre la consommation de caféine et une possible altération de la croissance de l’embryon (Retard de croissance intra-utérin, RCIU). Aucune étude n’a montré un corrélation significative même avec une dose quotidienne relativement élevée > 300mg (1, S. 468). Dans ce contexte, il faut prendre au sérieux l’importante étude de Sengpiel et al. de 20139. Elle repose sur une base de 59.123 naissances sans complications documentées par l’institut de santé public norvégien. La source principale de caféine dans cette étude provenait du café, mais les femmes qui consommaient des doses plus faibles les obtenaient souvent du thé ou du chocolat. La moyenne mesurée chez ces femmes enceintes était de 126 mg de caféine par jour avant la grossesse, de 44mg à la 17ème semaine, et de 62 mg à la 30ème semaine. Le résultat à retenir de cette étude et le fait que la caféine du café présente des risques d’une grossesse plus longue mais pas la caféine provenant d’autres sources. Le risque de fausse couche spontanée n’est associé à aucune source de caféine. 

Caféine et poids à la naissance

De cette même étude il apparait que chez les femmes consommant 100mg / jour le poids des nouveaux nés était de  20-30g sous le poids moyen habituel de 3600g. À un niveau de 200-300mg / jour la probabilité de poids inférieur augmente 9. Il est difficile de dire à quel point cette étude, comme celle de l’American College mentionnée plus haut, se base sur des questionnaires rétrospectifs et donc de connaître la fiabilité des résultats. Cette étude montre par exemple que parmi les 54.136 femmes sondées, les non-fumeuses avaient des enfant de 12 à 15g inférieurs à la moyenne (!). Cependant malgré ces incohérences, l’envergure énorme de cette étude ne permet pas de la balayer.

Caféine et irrigation de l’utérus

Une étude de Conover et al. montre que la caféine ne réduit par l’irrigation sanguine de l’utérus et n’entraine pas de réduction de la présence en oxygène pour l’embryon (8, p. 538). Cependant l’étude norvégienne de Sengpiel et al. mentionnée ci-dessus rapporte le contraire. 9.

Résumé : En dessous de 200mg / jour la caféine n’augmente pas le risque de naissance prématurée ou de fausse couche mais peut entraîner des troubles de la croissance

En résumé des différentes études scientifiques sérieuses disponibles, on peut conclure qu’une consommation quotidienne modérée de 200mg n’augmente pas significativement les risques de fausse couche ou de naissance prématurée. Cela correspondant aux directives recommandées en Allemagne par la DGE. En France, l’Institut National de Santé Publique est plus libéral et ne prescrit pas de limite explicite. Ce dernier invite plutôt à la modération. Toutefois, des doses plus faibles de caféine peuvent entraîner des retards de croissance à la naissance, du moins cela a été observé dans l’étude norvégienne mentionnée plus haut. La caféine du café influence la durée de la grossesse, mais il semble que la caféine d’autres sources naturelles ne l’influence pas.

Il est préférable de réduire le café et de choisir des sources de caféine mieux tolérées par l’organisme

Pour ma part, je recommanderais clairement aux femmes enceinte ou en allaitement de réduire le plus plus possible la quantité de caféine ingérée. Pour une adulte (non enceinte ou allaitante) en bonne santé, la caféine du thé vert est très favorable et stimulante pour de nombreux processus de l’organisme. On recommande cependant de faire très attention pendant la grossesse.

On note que la tolérance de l’organisme de la mère et l’enfant est nettement supérieure lorsque la caféine est absorbée dans un complexe nutritif, ce qui n’est pas le cas du café. En effet, la caféine du café est libre et sans attache à d’autres composants chimiques et passe très vite de l’estomac au circuit sanguin. Le corps ressent cela comme une montée du niveau de stress. Du reste, il faut mentionner qu’il existe une différence colossale entre le café fraîchement et correctement torréfié (dans les 3 dernières semaines maximum) et le café meulé longtemps avant la préparation, de supermarché, distributeur, voir même de bistro peu qualitatifs.

Caféine du thé vert mieux tolérée

Du point de vue chimique, il s’agit de la même molécule dans le thé vert que dans d’autres plantes et aliments. Le thé vert apporte un complexe nutritif spécifique. Plus le thé est oxydé, fermenté ou altéré de sa forme originale, plus l’effet de la caféine est similaire à celui du café. En effet le thé vert n’est pas oxydé, le thé blanc très faiblement, le Oolong et Puh Er moyennement fermenté, et le thé noir est totalement fermenté. Pour plus d’information sur ce sujet consulter l’article caféine dans le thé vert.

Le thé vert de bonne qualité bénéficie d’une grande quantité d’acides aminés dont la L-théanine rendant la caféine beaucoup plus tolérable par l’organisme. Le fait notamment qu’elle soit ingérée en liaison avec des tanins fait qu’elle rentre plus progressivement dans l’organisme, fournissant ainsi une source de vitalité plus efficace. 

Pendant la grossesse et l’allaitement il est préférable d’opter pour des types de thés vert riches en acides aminés et d’autres aliments contenant de la caféine plutôt que boire du café. Pour avoir un aperçu des thé verts ayant un bon rapport caféine / acides aminés.

Pour plus d’information : lire l’article la caféine dans les différents types de thé.

Combien de mg de caféine dans un café / thé ?

Afin de comparer les niveaux de caféine dans le thé, le café, ou d’autres aliments, il faut prendre en compte les différentes variétés mais aussi la taille habituelle des portions et le temps et la température d’infusion. Pour voir ces informations en détail pouvez lire l’article comparaison thé café coca. Si l’on se base sur les chiffres rapportés dans le tableau ci-dessous, on trouvera les résultats suivants : la limite de 200mg / jour est atteinte avec 1,7 tasse de café robusta, 3,4 tasses d’Arabica et 1,4 double espresso.

Café Arabica593,4
Espresso Simple762,6
Café Robusta1151,7
Espresso Double 1401,4
Thé Rooibos (ou Rooibos vert)0
Sannenbancha brindilles635,7
Sannenbancha brindilles et feuilles1020,4
Karigane Sencha (Kukicha Sencha)1711,9
Karigane Gyokuro (Kukicha Gyokuro)297,0
Genmaicha du Japon296,8
Bancha du Japan306,6
Sencha du Japon 1ère récolte434,6
Oolong 523,8
Matcha (petite Portion)682,9
Thé noir Darjeeling623,2
Gyokuro haut de gamme972,1
Gyokuro entrée de gamme712,8
Thé blanc aiguille d’argent (Silver Needle de Chine)1311,5
Matcha Portion Moyenne1361,5

*Préparation de tous les thés verts, 2 cuillères à café, 2 min à 60°C, le Gyokuro avec 3 c.c., le Karigane (kukicha) est infusé à 70°C. Le thé Silver Needle est infusé 3 mins à 70°C. On accepte des variations de 20% à 30% sur les thés infusés 2 minutes, à 3 minutes d’infusion une variation de 10% est considérée comme acceptable. La poudre de thé vert est absorbée en totalité, petite portion = 2 spatules en bambou, portion moyenne = 4 spatules en bambou.

Il apparaît clairement que le thé vert n’est pas uniquement mieux toléré et plus beaucoup plus sain pour l’organisme, mais qu’il est également possible d’en boire des bonnes quantités sans entrer dans la zone à risque (>200mg). Même le thé que je recommande comme kit de base pour la santé (Gyokuro le matin, Sencha le midi et Bancha, même avec une portion de Matcha tous les 2-3 jours) la dose quotidienne de caféine se situe approximativement à 165mg, donc en dessous de la limite. Les variétés de thé vert plus douces sont encore moins problématiques car trois portions quotidiennes contiennent nettement moins de caféine que le seuil limite. 

Thé recommandé : Karigane et Sannenbancha

Malgré la marge assez en dessous des 200mg de caféine par jour, il n’est pas pour autant conseillé de consommer un “Kit de base” normal ou les thés verts puissants pendant la grossesse ou l’allaitement. 

Pour commencer, il faut absolument réduire tout risque de retard de croissance de l’enfant. De plus, le thé ne contient pas que de la caféine mais aussi des composants très puissant, notamment les catéchines. En effet ces substances on un effets sur l’organisme de la mère et de l’enfant. Pendant cette période très spéciale il n’est pas recommandé de mobiliser d’éventuelles toxines, de tenter de les évacuer comme il est normalement possible via les bienfaits stimulants du thé vert tant appréciés.

Par ailleurs, l’effet des catéchines sur l’embryon n’est pas encore connu du point de vue scientifique. Une étude des scientifique sur des souris Fan et Chan datant de 201310 montre qu’à partir d’un certain niveau, la catéchine principale EGCG est nocive sur l’embryon (jeune embryon). Cela n’est pas étonnant si l’on considère le potentiel qu’a EGCG à tuer les cellules cancéreuse. Par ailleurs, il est déjà connu que l’EGCG peut être toxique pour le foie si de grosses quantités sont ingérées à jeun. Il est donc préférable de réduire fondamentalement les doses d’EGCG ingérées pendant la grossesse et l’allaitement. De même il faut éviter de boire à jeun du thé contenant des catéchines.

Conclusion : Il est donc préférable de boire les variétés de thé vert plus faibles en caféine et riches en acides aminés, apportant un effet tampon sur les tanins et les catéchines. Ils apportent les même bienfaits que le kit de base de thé vert mais sont plus doux. On compte parmi eux le thé de tiges et brindilles Karigane (aussi appellé Kukicha), de même que le Sannenbancha fermenté, quasiment sans caféine, au PH basique, et puissant purifiant pour le sang. On note aussi le Rooibos Vert, une tisane d’Afrique du Sud sans caféine, ayant un effet antioxydant relativement puissant.

Préparer le thé vert correctement pendant la grossesse

La température et la durée d’infusion ont un effet critique sur l’extraction de la caféine et des catéchines dans l’infusion. Il est donc essentiel de porter une attention particulière à la préparation correcte du thé vert. Dans l’article caféine en fonction de l’infusion, il est rapporté qu’à une température de 60°C et une infusion de 2 minutes, le Karigane, Bancha, Genmaicha et Sannenbancha offre une infusion parfaite. Par ailleurs, il est montré qu’il n’est par recommandé de faire des infusions multiples, car il reste toujours beaucoup de caféine dans les infusions suivantes et peu d’acides aminés aux composants désirables. Il faut également retenir qu’une infusion trop longue apporte une quantité trop élevée de tanins (catéchines EGCG) qui peuvent inhiber l’assimilation de l’acide folique, vitamine essentielle pour la fertilité de la femme et la santé de l’embryon.

Thé vert bio et sans pesticides pendant la grossesse

Il paraît évident de dire qu’en particulier pendant la grossesse et l’allaitement, il faut veiller à ne consommer que du thé produit sans pesticide. Le mieux est de boire du thé certifié biologique. Toutefois, certaines petites plantations n’ont pas les moyens financiers de passer par le processus de certification, mais produisent bien sans aucun pesticides (herbicide, insecticide, fongicide) ni engrais chimique. Ces thés sont tout à fait acceptables. Le producteur consciencieux se doit cependant de faire contrôler occasionnellement la qualité de ses produits par un laboratoire.

Grossesse et hydratation 

On peut dire que de manière générale, pendant la grossesse les mères ont des besoins supérieurs en hydratation. Selon l’institut Allemand de santé publique (DGE) un volume quotidien de 35 ml par kilogramme de masse corporelle est recommandé. Souvent l’extraction de l’eau dans les aliments nécessite 1 à 1,5L de fluides supplémentaire. Cependant, de nombreuses femmes n’atteignent pas ces niveaux d’hydratation.

De ce fait boire du thé doux et faciles à tolérer, qui ne déshydratent pas ou peu, est donc le choix le plus adéquat. Les thés thé doux et faibles ou sans caféine mentionnés sont hydratants. Quoi qu’il en soit, il faut toujours veiller à boire de l’eau fraîche pure afin d’évacuer les toxines au mieux de l’organisme.

Résumé : Boire les bonnes combinaisons de thés verts doux

Ci-dessous nous avons passé en revue les thés que nous considérons les plus appropriés comme “kit femme enceinte”. 

Kit femme enceinte
Faible caféine
mg caféine / Portion*Moment de la Journée
1. Karigane Sencha Bio19matin
2. Sannenbancha Tiges Bio6midi
3. Rooibos Vert0toute la journée
Total25 

* Préparation : 2 c.c., 2 minutes, 70°C pour Karigane et 60°C pour le Sannenbancha.

Cette combinaison est particulièrement douce et très saine. Même en consommant les trois thés cela donne un total de 25mg de caféine par jour seulement. Pour comparer, un espresso contient en moyenne 115mg de caféine.

Thé vert presque sans caféine pour les femmes sensibles

Les femmes qui sont particulièrement sensibles à la caféine ou qui veulent complètement écarter les risques associés à la caféine peuvent réduire ou écarter le Karigane et opter pour le Sannenbancha et le Rooibos vert. C’est dommage si l’on connais les bienfaits du Karigane mais pour certaines femmes c’est le bon choix.

Kit thé vert 
Presque sans caféine
mg caféine / PortionMoment de la journée
1. Bio Sannenbancha avec feuilles10matin
2. Bio Sannenbancha tige uniquement6midi
3. Rooibos vert0toute la journée
Total15 

* Préparation : 2 c.c., 2 minutes, 60°C pour le Sannenbancha.

Ce kit de de thé contient une dose tellement minime de caféine qu’aucun risque associé ne devrait apparaître. Par ailleurs, les Sannenbanchas ont des propriétés très intéressantes, notamment un puissant effet purifiant du sang, il est très basique et son goût délicieux. Pour des propriétés santé optimales, il est préférable d’alterner entre du Sannenbancha 100% tiges et du Sannenbancha contenant des feuilles. Le Rooibos vert peut être bu à n’importe quel moment de la journée et a de bons effets antioxydants, c’est un bon thé généraliste pour la santé.

Pour une vue d’ensemble des thés adaptés aux personnes sensibles à la caféine vous pouvez consulter l’article thé vert faibles en caféine.

Sources

  1. American College of Obstetricians and Gynecologists: „Moderate caffeine consumption during pregnancy“, Committee Opinion No. 462, Obstet Gynecol, 2010 (116), 2013 erneut bestätigt, S. 467f.
  2. Holzman, Claudia; Senagore, Patricia; Tian, Yan; et al.: „Maternal Catecholamine Levels in Midpregnancy and Risk of Preterm Delivery“, American Journal of Epidemiology, Volume 170, Issue 8, 2009, S. 1014-1024.
  3. Gülmezoglu, A.M.; Mahomed K., Hofmeyr G.J., et al.: „Fetal and maternal catecholamine levels at delivery“, J Perinat Med., 1996, 24(6), S. 687-91.
  4. Savitz, D.A.; Chan R.L., Herring A.H., et al.: „Caffeine and miscarriage risk“, Epidemiology, 2008, 19, S. 55–62.
  5. Wenig, X.; Odouli, R., Li, D.K.: „Maternal caffeine consumption during pregnancy and the risk of miscarriage: a prospective cohort study.“, Am J Obstet Gynecol, 2008, 198:279.el–279.e8.
  6. Bech, B.H.; Obel, C.; Henriksen, T.B.; Olsen, J.: „Effect of reducing caffeine intake on birth weight and length of gestation: randomised controlled trial“, BMJ, 2007, S. 334-409.
  7. Clausson, B.; Granath F, Ekbom A, Lundgren S, Nordmark A,Signorello LB, et al. Effect of caffeine exposure during pregnancy on birth weight and gestational age. Am J Epidemiol, 2002, 155, S. 429-436.
  8. Conover, W.B.; Key, T.C.; Resnik, R.: „Maternal cardiovascular response to caffeine infusion in the pregnant ewe.“ Am J Obstet Gynecol, 1983, 145, S. 534-538.
  9. Sengpiel, V.; Elind, E.; Bacelis, J.: „Maternal caffeine intake during pregnancy is associated with birth weight but not with gestational length: results from a large prospective observational cohort study.“, BMC Med., 2013, Feb 19, 11:42. doi: 10.1186/1741-7015-11-42.
  10. Fan, Y.C.; Chan, W.H.: „Epigallocatechin gallate induces embryonic toxicity in mouse blastocysts through apoptosis.“, Drug Chem Toxicol, 2014 Jul, 37(3), S. 247-254.