Meilleur Tetsubin 

Satetsu Tetsubin – bouilloire de luxe en fonte

Satestus Tetsubin, meilleures bouilloires en fonte au monde. La limaille de fer ne rouille pas, conserve la chaleur et possède un éclat unique.

Bouilloire en fonte très importante pour la préparation du thé vert

Les bouilloires japonaise en fonte (Tetsubin) sont particulièrement importantes pour la préparation du thé vert. Celles qui sont de haute qualité sont non seulement ravissantes, et s’utilisent une vie entière ou plus longtemps, et s’améliorent avec le temps. Les meilleurs bouilloires au monde viennent du japon et sont produites par de petites et moyennes entreprises traditionnelles fortement établies. Le Testsubin, accessoire précieux, n’est pas utilisé comme théière pour faire infuser les feuilles de thé mais bien uniquement comme récipient pour faire bouillir l’eau. En revanche, il existe des théières en fonte dont l’intérieur est émaillé spécialement conçues pour la préparation du thé vert. Il existe une exception à cette règle, un modèle “combo” de la marque japonaise Iwachu appelé Tetsubin Kyusu Arare, et qui permet de faire chauffer l’eau et d’infuser le thé dans le même objet.

Satetsu-Tetsubin : plus haute qualité au monde

Jusqu’en 1868 sous la restauration Meiji, les bouilloires japonaises étaient produites à 100% en limaille de Fer (Satetsu, jap.: 砂鉄). Par la suite, les méthodes changent avec la période d’industrialisation, notamment avec la découverte de la technique de production de la fonte grise. Malgré cela, la limaille de Fer (Satetsu) demeure la meilleure qualité de Fonte au monde, c’est celle qui sert à la productions des Satetsu-Tetsubins (jap.: 砂鉄瓶). Les meilleurs artisans et marques comme Iwachu, Suzuki Mohirisa et Kunzan, sont les rares à encore produire ces objets de grand raffinement.

Avantages du Satetsu-Tetsubin

Voici une listes des avantages du Satetsu par rapport à la fonte grise produite à base de minerai de Fer (chūtetsu) servant à produire des Tetsubins normaux :

  • Ne rouille (quasiment) pas, le matériau du Satetsu Tetsubins ne contient pratiquement pas de carbone. S’il se forme de la rouille à certain endroit, elle est très facile à retirer.
  • Elles ne nécessitent pas d’émaillage intérieur ou de processus particulier, les bienfaits sur l’eau ne sont pas bloqués.
  • Améliorent le goût et les propriétés de l’eau du fait du contact avec cette fonte spéciale. 
  • Elles sont beaucoup plus épaisses ce qui leur donne une bien meilleure rétention de la chaleur.
  • Leur surface est brillante et si on les frappe comme une cloche, les Satetsu Tetsubin ont une belle sonorité de fréquence aiguë.
  • Lorsque l’eau boue, elles émettent un petit sifflement car elles commencent à vibrer légèrement avec la chaleur.

Les Satetsu-Tetsubins (Nanbu ou Yamagata) sont des accessoires mythiques et essentiels dans la culture du thé. Provenant des meilleurs ateliers au Japon, ces dernières sont considérées comme les meilleurs accessoires au monde pour la préparation de l’eau pour le thé. Pour plus d’informations vous pouvez consultez nos Conseils pratiques pour l’utilisation et l’entretien des Tetsubins. Les bouilloires Satetsu sont idéales pour compléter la prépration du thé vert, notamment à l’aide d’un Kyusu (Théière Japonaise en argile) dont l’argile naturelle contribue également à harmoniser la saveur du thé.

La production extrêmement complexe explique les prix élevés

Le grand désavantage du Satetsu Tetsubin (limaille de Fer) par rapport au Tetsubin “normal” est son prix très élevé (souvent au-delà de 1000€). Cela s’explique par la  rareté de ces objets mais surtout l’extrême complexité du processus de production. La construction d’un Satetsu Tetsubin prend au minimum un mois, et certains modèles peuvent même prendre jusqu’à 6 mois ! Pour plus d’informations sur ce thème vous pouvez consulter l’article Guide d’achat des théières et Bouilloires en Fonte.

Limaille de Fer : une composition chimique particulière

La limaille de Fer (ang. “Sand iron”) est une sorte de matière grise à noire et sablonneuse contenant un niveau inhabituellement élevé de Fer (54%-60%). On en trouve des quantités importantes au Japon, en Nouvelle-Zélande, au Canada, au Chili, mais aussi au Guatemala et en Indonésie. Le composant principale du Satetsu Tetsubin est l’oxyde de Fer (aussi appellé Magnétite), mais contient aussi des petites quantités de Titan, d’Aluminium, de Silice, et d’autres Oligoéléments. Par exemple, la limaille néo-zélandaise, appelée Taharoa contient 80% de Magnétite (Fe3O4), 8% d’oxyde de Titan, 4% d’oxyde d’Aluminium, 3% de Silice, 3% de Maganèse, 1% d’oxyde de Calcium, 1% d’oxyde de Vanadium, et environ 1% d’autres oligoéléments. Chaque origine possède une géologie spécifique et de ce fait une composition particulière. C’est ainsi que certains origines sont particulièrement prisée pour la fabrication de Tetsubins. 

Différence de qualité des Satetsus

La limaille de Fer possède deux niveaux de qualités : “Masa” contenant des impuretés en quantité très limitée dont notamment de la biotite noire et brillante, (angl: black mica) et du Granite. La deuxième qualité porte le nom d'”Acome“. Elle est très pure et mais de qualité inférieure du fait de sa concentration en matières volcaniques (ex: Basalt). L’Acome est un matériau plus facile à travailler et sert plus à la confection de couverts, d’outils ou d’armes à feu haut de gamme.

De nos jours, du fait de leurs reflets on ne peut plus élégants, la surface extérieure des Satetsu-Tetsubin est polie. Par le passé, cela ne se faisait pas. Lorsque poli, le Satetsu Tetsubin a un bel éclat argenté et doré. Par ailleurs, un autre signe distinctif est le son émis lorsqu’on le frappe avec un objet métallique : Plus la qualité est élevée plus le son est aigu.

D’aspect, les tetsubins de qualité moins élevée ont tendance à avoir des reflets plus blancs (signe de pureté inférieur du matériau) et un “son” plus grave. 

Production aussi minutieuse que pour les sabres de Samuraïs

Historiquement la fabrication des bouilloires Satetsu porte le nom de technique Tatara, dérivée des connaissances acquises pour la production des sabres de Samourai (Katana). On chauffe délicatement la limaille de Fer dans un tuyau en grès (Tatara, jap.: 鑪) jusqu’à 72h à l’aide de charbon de pin qui fait fondre la limaille à environ 1000°C. Toutes les 10 minutes on ajoute du charbon en plus et du Satetsu qui, en fonction de sa pureté et du mélange fondu, définit la qualité de l’objet final. Avec la limialle de Fer, la Technique Tatara, qui a été rendu fameuse par les sabres de Samurai, permet de produire de l’acier “Tamahagane” (traduction : acier-bijou, jap.: 玉鋼). Pour produire 1,5-1,8 tonnes d’acier Tahagame il faut 13 tonnes de charbon et 8 tonnes de limaille de Fer. La qualité la plus élevée de Tahagame contient très peu de carbone : 1% est un niveau satisfaisant, à partir de 1,5% la qualité est déjà considérée comme inférieure. Du fait de la complexité du processus de production, cet acier coûte environ 200 fois plus cher que l’acier normal. Les bouilloires en acier Satetsu ont une porosité beaucoup plus importante que les bouilloires en acier normal Gantetsu. Cela explique le ratio beaucoup plus important de raté de production, ce qui augmente encore les coûts de production de ces produits.