Accessoires pour le thé vert

Ustensiles 

Accessoires pour le thé vert

La préparation du thé vert japonais comprends de nombreux accessoires traditionnels ayant chacun un rôle spécifique. Entre autre: Kyusu, Chazutsu, etc

Accessoires japonais traditionnels 

Dans la préparation japonaise traditionnelle du thé vert, différents ustensiles sont utilisés. Ces accessoires sont non seulement très esthétiques, voire même artistiques, mais ils apportent également des bienfaits sur la santé et jouent chacun un rôle pratique très précis. Les amateurs de thé, notamment de thé vert au quotidien, reconnaîtront rapidement les avantages de ces objets raffinés provenant d’une culture millénaire, ainsi que le rôle qu’ils peuvent tenir pour optimiser la préparation et augmenter le plaisir de la dégustation de la boisson la plus bue au monde. Pour l’amateur conscient ou le connaisseur de la santé, ces accessoires présentent des avantages spécifiques en terme de bienfaits sur la santé. Nous allons les développer dans les paragraphes suivants.

Kyusu-noir

Kyusu: Théière japonaise traditionnelle

Kyusu – Théière japonaise traditionnelle

Au Japon, le thé vert se prépare depuis des centaines d’années dans des petites théières en terre glaise, dont la taille varie entre 150ml et 400ml. L’argile qui les constitue a un effet “harmonisant” et positif sur le goût et les propriétés énergétiques du thé vert, à condition d’être une argile naturelle (non synthétique) de qualité, c’est-à-dire hautement minéralisée. Le mot Kyusu signifie “petite théière en terre”. La conception de cet objet a été développée autour de la consommation du thé vert uniquement. Elle est particulièrement pratique à manipuler du fait de sa poignée latérale qui constitue l’un de ses éléments distinctifs et permet de la reconnaître. Sa forme ovale favorise l’infusion du thé en lui laissant suffisamment de place pour “respirer”. Les feuilles de thé peuvent rester un petit moment dans le Kyusu une fois le thé vert versé (attention: il ne doit plus y avoir d’eau au fond). Il existe trois types de Kyusu : le Yokodé Kyusu à poignée latérale, le Ushirodé Kyusu à poignée dorsale et l’Uwadé Kyusu à hanse. Sur le marché, on trouve tant de différent types de merveilleux Kyusu faits main que leur acquisition se justifie par leur valeur esthétique. Ils durent toute une vie et deviennent de plus en plus beaux. Au niveau de la santé,  le kyusu est également un atout, car il permet d’obtenir des résultats optimaux en raison de la matière qui les constitue. Nous les recommandons particulièrement pour la consommation de thé vert raffiné. Dans la vie de tous les jours, si vous buvez seul, nous vous recommandons la préparation non traditionnelle dans un grand verre transparent (0,3-0,5 l) avec un filtre approprié à deux poignées. Cela permet d’extraire encore mieux les particules en suspension dans l’eau. Par ailleurs, le fait de pouvoir observer l’extraction du thé pendant le temps de préparation produit une stimulation positive de notre organisme et la préparation de la digestion pour la consommation du thé.

the-vert-hohin

Honin: Petit recipient pour infusion de luxe


Hohin – Petite théière de luxe

Le mot Hohin (prononcé hônine) signifie “coffre fort” ou “récipient magique”. C’est un Kyusu de petite taille destiné à la préparation de thés verts de qualité (Super Premium / Gold), tels que les Gyokuros d’Uji. Leur petite taille (env. 100ml) les prédispose à la consommation des meilleurs thés verts japonais. Il ajoute de la rondeur et de la douceur à leur saveur distinguée. Le Hohin ne possède ni filtre intégré, ni poignée, ni hanse. Il dispose uniquement des encoches étroites et allongées qui maintiennent l’infusion dans le récipient. Les Hohin sont considérés comme des objets d’art spécifiques de la culture japonaise. Nous recommandons d’utiliser un petit Honin Yunomi d’une capacité d’environ 50 ml. Au niveau de la santé, l’utilisation d’un Hohin avec du thé haut-de-gamme offre selon nous des avantages minimes, par opposition au Kyusu. En effet, on peut aisément se satisfaire d’une préparation dans un verre avec un bon filtre en acier inox, car même si l’objet est en lui-même magnifique, il ne permet pas de produire des quantités de thé vert optimales.

tasse-japonaise-yunomi

Yumoni: tasse traditionnelle pour le thé vert


Yunomi – Tasse traditionnelle

La tasse de thé japonaise traditionnelle est légèrement plus haute que large. Ce type de tasse est généralement produite en porcelaine ou en céramique. Elle est appelée Yunomi (japonais :湯のみ). Le Chawan (bol de Matcha, voir ci-dessous) est utilisé à des fins plus formelles, par exemple lors de la cérémonie du thé, alors que le Yunomi est plutôt destiné à une utilisation quotidienne. Néanmoins , il existe des Yunomis de qualité et de prix très différents sur le marché. La taille d’un Yunomi est typiquement comprise entre 90 ml et 160 ml. Dans le commerce, on trouve également souvent un genre particulier de Yunomi, appelé Méoto Yunomi. Méoto signifie “couple” en japonais. Les Méoto Yunomi se composent de deux tasses similaires d’aspect, mais de différentes tailles et parfois de formes ou couleurs légèrement distinctes. La plus grande tasse est dédiée à l’homme et la petite à la femme. On recommande particulièrement le blanc à l’intérieur ou des couleurs claires, afin que le thé puisse être mieux évalué et apprécié. Comme le «roi» chinois du thé vert , Lu Yu,  l’avait déjà écrit au VIIIème siècle, il a également des effets positifs sur la digestion.

soucoupe-chataku

Chataku: Soucoupe traditionnelle


Chataku – Soucoupe

Le mot japonais pour soucoupe est Chataku (茶托), Takusu (托子), ou Takushi (托子). Même si de nos jours ces soucoupes sont souvent produites en porcelaine bon marché ou en plastique, elles sont très répandues. Dans la culture japonaise traditionnelle, celles qui sont utilisées sont presque des œuvres d’art faites de la plus belle porcelaine ou en bois précieux laqué. Bien sûr, un Chataku de luxe n’a pas d’impact sur la santé, mais il contribue de manière étonnante à créer une ambiance visuelle très agréable pour la dégustation en offrant un contraste de couleur.

refroidisseur-deau-yuzamashi

Yuzamashi: refroidisseur d’eau


Yuzamashi – Refroidisseur d’eau

Le Yuzamashi ( japonais :湯冷まし) est un objet spécialement conçu pour la préparation du thé vert et traditionnellement utilisé lors de la cérémonie du thé pour refroidir l’eau. Le Yuzamashi a une forme de bouteille dotée d’un bec verseur et une ouverture très large. Les variétés nobles de Sencha, Matcha et Gyokuro, etc. s’infusent toutes à des températures particulières, afin d’en retirer les meilleurs bienfaits. Le Yuzamashi alors particulièrement utile quand on ne dispose pas de thermomètre électronique. Quand on verse l’eau bouillante dans le Yuzamashi, puis dans un Kyusu, on obtient une température de 80°C. Évidemment, cet accessoire n’est pas indispensable pour apprécier le thé vert. Il sert simplement à refroidir l’eau chaude et pour la verser à la bonne température dans le Kyusu. Du point de vue de la santé, le thé est bien meilleur lorsqu’il est infusé à la température optimale. Par ailleurs, nous vous recommandons de ne pas faire bouillir l’eau et de la laisser refroidir. En terme d’énergie, le niveau est supérieur lorsque l’eau est chauffée seulement à la température désirée. Le plus pratique est d’utiliser une bouilloire avec sélection de température électronique précise pour la maison. En voyage, on peut utiliser un thermomètre électronique (Attention: éviter le thermomètre au mercure, car ce métal liquide est très dangereux pour la santé).

Boite-cerisier-the-vert

Chazutsu: boite à thé vert


Chazutsu – Boite à thé traditionnelle japonaise

Le Chazutsu ( jap :茶 筒) est une boîte à thé extraordinaire pour la bonne conservation du thé vert. Ce récipient cylindrique hermétique maintient la fraîcheur du thé et protège le thé pendant de longues périodes. Traditionnellement, les meilleurs matériaux employés sont le bois de cerisier, l’écorce de cerisier ou l’écorce de hêtre. Ces bois ont des propriétés particulièrement intéressantes pour la conservation et sont très élégants. Cependant, il existe sur le marché une grande variété de Chazutsu en bois de toutes sortes, voire même en métal. Idéalement, il est conseillé de stocker le thé vert dans deux Chazutsu différents. Un petit pour contenir seulement une faible quantité destinée à l’utilisation quotidienne. Et un deuxième, plus grand, destiné au stockage prolongé. On réapprovisionne le petit Chazutsu lorsqu’il est vide. Ainsi, le thé vert précieux n’est pas quotidiennement en contact avec l’air et reste frais plus longtemps. À noter, pour un stockage prolongé, le thé peut soit être conservé dans le Chazutsu, soit dans l’emballage d’origine à condition que celui si soit étanche et opaque. Cependant, en matière de santé et du point de vue gustatif, le stockage dans un Chazutsu en bois de cerisier est la solution optimale. En effet, dans ces conditions, le thé vert mûrit et prend un caractère encore plus délicat. Même après un an, le thé gagne en valeur dans les tests kinésiologiques. Sont également recommandés les Chazutsus en bois laqué de haute qualité. En revanche, les boîtes à thé en métal ou en plastique sans revêtement doivent être évitées. Le stockage du thé dans le sachet plastique d’origine est acceptable tant que l’emballage n’a pas été ouvert. Après ouverture, ce type de conservation est bien médiocre comparé à celui qu’offre un bon Chazutsu.

sami-cuillere-mesure-the

Sami: Cuillère à mesure pour le thé vert

Sami – Cuillère de mesure

Lors de la préparation du thé vert, la tradition japonaise veut que l’on utilise un “cuillère de mesure” en bois pour doser précisément le volume de thé vert qui sort du Chazutsu. Comme les différents types de thé vert possèdent des volumes différents, nous utilisons à chaque fois un Sami différent. Les Samis sont fabriqués en différents types de bois, tels que le bois noble de cerisier, de pêcher ou de camphre et sont généralement laqués. Ils sont également utilisés lors de la cérémonie du thé. Un beau Sami contribue avec le Yunomi (tasse traditionnelle) et le Kyusu (théière traditionnelle) à une atmosphère raffinée correspondant à la culture du thé vert au Japon. Ils sont disponibles en différentes tailles et sont conçus pour une quantité typique de 2 à 5 g. L’utilisation du Sami disposant d’un volume précis est d’une grande utilité. En effet, la plupart des recommandations de préparation ne sont pas affichées en cuillère à café. En matière de santé et du point de vue énergétique, l’utilisation de bois laqué pour manipuler le thé vert (plutôt que d’une cuillère en métal) est fortement recommandé. 

Fouet-bambou-chasen

Chawan: Bol à Matcha
Chasen: fouet en bambou
Kuséanochi: reposoir pour le fouet


Chawan – Bol à Matcha

Le Chawan (jap.: 茶碗) est le bol traditionnellement utilisé au Japon pour la préparation du Matcha. Il doit être suffisamment grand pour pouvoir agiter et faire mousser la poudre de thé avec le Chasen (fouet en bambou présenté ci-dessous). Il est donc significativement plus grand et plus large qu’un Yunomi (tasse de thé). Le Chawan est habituellement en céramique, car selon la tradition japonaise, la porcelaine est trop conductrice de chaleur et donc inadaptée pour la préparation du Matcha. Le bol à Matcha est un élément particulièrement important de la culture et de la cérémonie du thé. Ils atteignent parfois des valeurs, au niveau artistique, très élevées. Comme beaucoup d’objets de la tradition japonaise liée au thé, les bols deviennent de plus en plus beaux avec le temps et au fur et à mesure des utilisations. 

Chasen – Fouet en bambou pour le Matcha

Le Chasen ( jap :茶 筅) est un petit fouet en bambou mesurant une quinzaine de centimètres. C’est un outil essentiel pour la bonne préparation de Matcha. On utilise cet objet pour mélanger et faire mousser la poudre ultra-fine de Matcha. C’est la seule façon de donner à cette boisson sa consistance et son goût caractéristique.

Il est presque impossible de mélanger le Matcha de haute qualité avec de l’eau chaude, surtout avec une simple cuillère. Seul le Chasen empêche la formation des grumeaux et permet de dévoiler l’arôme du Matcha. Le Chasen peut avoir un nombre variable de tiges (Pondaté). Une texture particulièrement mousseuse et fine est obtenue avec un nombre élevé de tiges (120). C’est généralement le type de Chasen recommandé aux débutants. Le Chasen à 80 Pondatés (tiges) est plus adapté à la production du Koicha (Matcha plus crémeux et délicat). Par ailleurs, lors de la cérémonie du thé, on utilise aussi un Chasen à 80 tiges provenant d’un type de bambou particulier appelé Kurochiku Chasen. Toutefois, chaque école Matcha a ses propres préférences. La couleur du bambou dépend de la saison. Il est vert au printemps, il a des parties noires en automne; et à la fin de l’automne, il est totalement sombre. Le fouet et ses tiges très fines peuvent se briser lorsqu’il est sec. C’est pourquoi on met les tiges à tremper dans de l’eau chaude quelques minutes lors de la préparation du Matcha

Kusénaoshi – Reposoir du Chasen 

Le Kusénaoshi est un reposoir pour le Chasen. Entre chaque utilisation, le Chasen sec et ses nombreuse tiges peuvent se déformer. Ces tiges permettent d’obtenir un mélange homogène et délicieux. C’est pourquoi il est conseillé de conserver le Chasen sur une structure ovale en céramique, appelée “Kusénaoshi”. Cet accessoire indispensable permet de maintenir sa bonne forme, son efficacité et de prolonger sa durée de vie.

Matcha-spatule-bambou-chashaku

Chashaku: spatule en bambou pour le Matcha


Chashaku – Spatule en Bambou pour le Matcha

Le Chashaku est une cuillère de forme allongée. Fait en bambou traditionnel, le Chashaku est essentiel pour le dosage du Matcha. Il est également utilisé pour le tamisage de la poudre de thé vert. Le Chashaku est extrêmement pratique pour manipuler la poudre fine depuis un emballage ou un Natsumé (boite à matcha). Il est indispensable lors de la cérémonie du thé et offre une atmosphère “Wabi-Sabi” traditionnelle (notion de perception de la beauté). Le Chashaku n’est pas indispensable pour la préparation de tous les jours et peut être facilement remplacé par une simple cuillère en bois. Néanmoins, les fins amateurs de Matcha ont généralement en leur possession ce petit objet qui rajoute du plaisir à la préparation de cette boisson extraordinaire.

Furuikan – Tamis à Matcha 

Le tamis permet de désépaissir la poudre avant la préparation du Matcha. Cela est essentiel pour éviter les éventuels grumeaux qui peuvent se créer dans l’emballage du Matcha. Alternativement, on peut se servir d’un filtre à thé muni d’un maillage assez fin. Sur le marché, il existe des tamis à Matcha, appelés “Furuikan” qui se ferment hermétiquement. Le Furuikan permet de tamiser une grande quantité de poudre de thé vert. Il peut aussi être utile en cuisine, surtout si on utilise le Matcha comme ingrédient. Il a la même fonction dans ce cas et permet de saupoudrer délicatement ou de mélanger de manière homogène la délicate poudre de thé vert. Habituellement, on remplit le Furuikan de la quantité de poudre désirée et on tamise à l’aide du Chashaku (spatule en Bambou).

Match-boite-Natsume

Nasumé: Boite à Matcha


Natsumé – Boite à Matcha

Le Natsumé est une boite traditionnelle destinée à conserver le Matcha au cours de la cérémonie du thé. Cependant, ils ne sont pas adaptés au stockage à long terme de cette poudre fine, car non hermétiques. Traditionnellement, le Natsume est fabriqué en bois laqué (à plusieurs reprises) pour obtenir un fini brillant. Les Natsumés à prix raisonnable (en plastique) sont très courants sur le marché. Pour maintenir le Matcha frais, il faut éviter au maximum que le Matcha entre en contact avec l’air, le Natsumé doit donc être étanche. Il est utilisé lors des cérémonies ou des moments spéciaux et doit donc être rempli que de peu de poudre.




Leave a Reply